1 contribution / 0 nouveau(x)
« La liberté des anti-corrida s'arrête où commence celle des aficionados »

Dans un communiqué, l'association anti-corrida le COLBAC s'insurge contre l'Union des villes taurines de France et l'Observatoire national des cultures taurines ayant obtenu un rappel du ministère de l'Intérieur en direction des préfets pour que soit appliqué tout arrêté municipal interdisant les manifestations des anti-taurin autour des arènes...

Le Colbac écrit « Il est diffamatoire de prétendre que nos actions causent un trouble à l'ordre public ». Alors comment qualifier l'action-commando, de quelques dizaines d'anti venus de toute la France et même de Belgique, entreprise le dimanche matin 12 août 2012 pour tenter d'entrer dans les arènes de Béziers et n'ayant pas réussi, bloquer la grande porte d'entrée obligeant le public à passer par une porte latérale en l'invectivant d'assassins, de tortionnaires, sadiques, malades mentaux...? Tout simplement de troubles à l'ordre public et d'entrave à la circulation des personnes ! Et comment qualifier l'action des antis à Rodilhan en 2011 envahissant le ruedo avec des fumigènes puis s'enchainant obligeant des aficionados à les déloger ?

Lors d'une conférence de presse visible sur Dailymotion*, à laquelle assistait R. Clavijo, responsable du Colbac, l'initiateur de cette provocation déclarait « des magistrats (sic) nous ont dit : « si vous voulez en finir, il faut troubler l'ordre public » et bien il va avoir encore des troubles à l'ordre public, ce n'est qu'un début... » Et le Colbac ose parler de démocratie, de liberté alors qu'il pourra manifester... mais plus loin. Ainsi l'article 4 de la Déclaration des droits de l'Homme sera respecté dans le calme : « La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui ».

Contrairement à l'affirmation du Colbac « les sondages montrent que les français y compris dans les villes taurines sont majoritairement opposés au corridas », rappelons le sondage de septembre 2012 de l'IFOP-Midi-libre : « Dans les départements où la tradition taurine est implantée, seuls 39 % des sondés estiment que la corrida doit être interdite, tandis que 55% optent pour son maintien ».

Il appartiendra à chacun de prendre ses responsabilités pour que la tranquillité aux abords des arènes de Béziers soit garantie et respectée. L'Aficion y veillera !

Hugues Bousquet