1 contribution / 0 nouveau(x)
ça va piquer....mais comment

 

CA VA PIQUER……OUI MAIS COMMENT

En lisant, dans un blog, ce matin la présentation de Garlin je n’en croyais pas mes yeux, gonflés les types…

La présentation vidéo comme têtes d’affiches des picadors présents à Garlin, et qui vont rentrer en compétition pour le prix de la meilleur pique laisse entrevoir qu’un tournant se fait dans les mentalités et que petit à petit, la pique renait de ses cendres.

Certes ça n’est qu’une Novillada…mais l’intérêt affiché pour ce tiers est intéressant à plus d’un titre et nous ne pouvons que saluer cette initiative.

Les Pedraza de Yeltes ont acquis une solide réputation lors des dernières confrontations spécialement sur mes bonnes terres Dacquoise, et Garlin s’en est fait une spécialité.

Mais on a aussi vu les limites de l’exercice, l’an passé, quand l’un des toros est mort en piste, à Dax, sans que le torero n’ait eu à le piquer…j’avais écrit à ce sujet sur l’abus de la Pique, moi qui en suis pourtant un fervent défenseur.

Invité par la FSTF sur un travail lié à ce tiers (entre autres) il y a peu, nous avons pu mettre le doigt sur toutes les difficultés inhérentes à ce sujet, brûlant et oh combien important.

Les fondamentaux de la pique doivent être préservés, et le but de celle-ci (bravoure du toro, fixité, toréabilité, etc) ne doivent pas être galvaudés. Pas plus que la qualité de la pique (bien placée à la base de l’arrière du Morillo, courte pour la première et des toros placés au bon endroit..) puis de plus en plus loin etc ….avec la capacité de la présidence mais aussi des acteurs en piste, d’évaluer la nature, la longueur, et le nombre de piques que l’animal est apte à recevoir.

Le travail du cheval c’est bien….le respect du toro ça l’est aussi…mieux, ça prime sur la “beauté de la monte“.

L’inévitable petit Salenc sera là, espérons qu’il ne se regardera pas trop toréer, lui, ni son public, mais s’occupera plutôt de se centrer et de mettre en valeur ces toros qui si ils se comportent bien, lui apporteront beaucoup sur un plan technique (pas sur que de les toréer sur le bord n’entraine pas des problèmes…) rappelons pour infos que son modèle reste le roublard Juli Escobar..

Souhaitons donc que son entourage proche (Olivier Bartchart et Rafa Canada) le guideront intelligemment vers le succès, en lui donnant les bonnes réponses que nécessitent ces toros.

Pour le petit Marcos, rappelons qu'il est “un peu“ protégé, fils de l'éleveur Domingo Hernandez c'est un “coupeur d'oreilles“ saura-t-il aussi gérer ses novillos?

Le troisième sortira du matin José Isiegas soutenu par Alberto Aguilar, et Carlos Ochoa.

Quand à la présidence, souhaitons qu’elle soit libre, sérieuse, et appliquera rigoureusement le règlement, car si cela doit “piquer“, il faut que ce soit aussi valorisant pour et avant tout le toro, dans les trois tiers, et ça c’est un challenge.

Les toritos de Salamanque le méritent en général, et si tout va bien, alors gageons que ça peut être une “grande journée“ en souhaitant bien sur qu’il n’y ait pas d’emballement trop important et que tout le monde gardera les pieds sur terre.

CHF