En juin dernier nous apprenions le dépôt d'une proposition de loi visant à interdire la corrida en France par cinq députés appartenant au groupe UDI et représentant des circonscriptions toutes sises au nord de la Loire.

Dominique Valmary écrivait immédiatement à chacun de ces cinq députés et à M. Jean-Christophe Lagarde, Président de l'UDI.

M. le Député Michel Zumkeller lui a répondu que les cinq signataires avaient agi à titre strictement personnel et M. Jean-Christophe Lagarde confirmait que l'initiative de ces cinq députés ne reflétait pas une position du groupe UDI.

Voici qu'en novembre, après plusieurs mois,  Dominique Valmary a reçu une lettre de Francis Hillmeyer, député du Haut-Rhin, lisible ici dans son intégralité.

Pour être tardive, cette réponse ne manque pas d'intérêt. En effet M. Hillmeyer explique appartenir, comme ses quatre collègues, au "Groupe d'étude sur la conditions animale". Et il fait savoir que toutes les propositions de lois qui se succèdent pour obtenir la prohibition de la corrida émanent de personnalités de ce groupe, issues de partis politiques divers. Ce qui leur importe avant tout et les réunit, c'est “le bien-être animal”.

Ceci posé, M. Hillmeyer reconnaît que les aficionados ne sont ni pervers ni sadiques et comprend qu'ils défendent leur culture. Il souhaite que nos divergences s'affrontent de manière démocratique. Il avoue être loin de nous, lui, l'alsacien, pour qui le rituel taurin est inconnu.

Nous voulons voir dans cette lettre une amorce de dialogue qui ne nous fera probablement pas changer d'opinion mais qui devrait nous permettre de mieux nous connaître et nous comprendre. C'est pourquoi Dominique Valmary lui fait la réponse suivante qui comporte une invitation très précise :

 

                                                                    Toulouse, le 15 décembre 2016

                                                                    Le Président

                                                                    à,

                                                                    Monsieur Francis HILLMEYER
                                                                    Député du Haut Rhin
                                                                    Maire de Pfastatt
                                                                    128, rue de la République
                                                                     BP 50
                                                                     68120 PFASTATT

                                                                                                                                      

  Référence : votre lettre du 3 novembre 2016

 

                                             Monsieur le Député Maire,

         Je tiens à vous remercier pour la réponse que vous apportez à notre interpellation concernant la proposition de loi visant à abolir la corrida. Les arguments que vous développez peuvent être entendus dans l'esprit où vous les défendez même si nous n'en partageons pas la finalité. En effet le sujet ne supporte pas la violente polémique entretenue volontairement par les teneurs de perspectives sociétales d'inspiration anglo-saxonne, en particulier le véganisme que nous rejetons.

         Le colloque tenu le 4 octobre dernier au Sénat a évoqué la question de la condition animale - vous avez été destinataire des actes – et montré que ce sujet déborde le seul sujet des tauromachies.
L'expression de bien-être animal qui semble désormais consacrée ne recouvre pas la réalité des activités humaines utilisant les animaux et qui sont critiquées (élevage, chasse,, gavage, cirque). La notion de bientraitance animale échappe, elle, à un anthropomorphisme inapproprié, elle mériterait d'être promue.

        Je vous donne acte de vouloir respecter les cultures en particulier les cultures régionales, encore faut-il bien les connaître pour les comprendre.

        Á cet effet et selon votre disponibilité je vous propose de venir à la découverte du taureau brave dans son milieu naturel au cœur des espaces protégés de Camargue. Vous pourrez y rencontrer des éleveurs et ceux qui font ce monde spécifique. Cela vous permettra de mesurer la relation si particulière que l'homme entretient avec le taureau dans le bassin méditerranéen depuis au moins l'antiquité. Elle perdure au XXIème siècle et nourrit encore aujourd'hui les pratiques et cultures tauromachiques de nos trois régions du Sud qui y sont attachées.

       Si cette invitation vous agrée, je vous demande de bien vouloir prendre contact, sachez que nous vous recevrons bien volontiers.

       En espérant une suite favorable,

       je vous présente, Monsieur le Député Maire, l'expression de mes salutations taurines et des plus cordiales

 

                                           Dominique VALMARY

 

À suivre, donc ...