1 contribution / 0 nouveau(x)
1 sur 6

Pendant que certains font des un contre six, nous on se contente d'1 torito sur six.

Victoriano de machin chose nous a expédié six moutons sur pattes, et ça n'est pas les cornes bien claires, et pointues comme l'accent d'un parisien qui nous a fait sauter au plafond.

De piques il n'y eut point, et l'on applaudit les picadors de ne pas piquer, un comble.

Le petit Roman a du souci à se faire, il n'a pourtant pas eu de mauvais toros, mais l'enjeu? La comparaison? vas savoir, il fit des efforts ne fut pas ridicule, mais fut loin (et du toro) et de ses compagnons de cartels.

Sébastien Castella, fit le boulot on le sentit engagé, il avait envie, sur son premier, un truc sur pattes, qui ne donnait rien il essaya de tirer ce qu'il pouvait, mais on ne trouve pas de pétrole au fond d'une piscine...à son second, il alla chatouiller le Juli au quite, celui-ci répondit par des Zapopinas, pour moi un des trois meilleurs moment de la soirée. Bref son second toro s'étouffa comme s'étouffait la dame au camélia, et malgré ses efforts Sébastien sortit dépité du vrai faux combat..peut être est-ce pour celà qu'il reçut une oreille.

Escobar, vieux roublard, est en colère depuis quelques années, il ne pardonne pas aux dacquois de l'avoir rabroué au moins par deux fois. Est-ce le soleil généreux, toujours est-il que malgré des épées, lamentables (toujours comme vous savez) il fit tourner en rond et en bourrique ses deux adversaires. Il traita par deux fois entre ses dents et avec la rage qu'on lui connait de fils de péripatéticienne les deux individus du soleil qui le sifflèrent et lui firent remarquer que le Julipié n'était ni plus éfficace, ni plus beau (deux bajonazos d'école) qu'une épée entre les cornes...

Mon voisin avait raison celui qui sort maintenant, il est bon, il est marron. Surpris par cette explication technique, je m'appliquais à rester concentré sur une après midi de digestion. Effectivement le second du Juli et quatrième fut celui qui avait le plus de moteur (pas une ferrari, non, mais bon.)

Juli fit tout ce qu'il savait faire, liant les passes dans le mouchoir piétiné par l'adversaire dont deux changements de mains inversés sur redondo al culo etc....une oreille au palco et soudain le public dacquois, au moins aussi bon que celui de Bayonne s'enerva pour la seconde, il y en eut même pour trouver ça extraordinaire...bon.

Juli à Hombros toutes dents dehors, les deux autres à pieds, la “salsa“ était légère, aujourd'hui le garçon de café (Le Cid) Aguilar au talon d'achille faiblard, le king Fandiño, et des La Quinta dont mon voisin n'a pas encore eu le temps de s'enquérir si c'est du bon ou du fond de tiroir..

Puis fin de agapes Dacquoises...ah oui j'oubliais le CC ( Les casses couilles) sont annoncés, il vont disent-ils venir au plus près des arènes..

Quelques pigeons, une pincée de phalanges, un espuma de lacrymo, et un rouleau à patisserie de la marque CRS ...la salsa rique d'être plus piquante aujourd'hui.

CHF