11 septembre 2005 - Novillada en Arles

.......Le novillos de Margé se montrèrent faibles et quand le président imposa deux rencontres, la seconde se réduisit, le plus souvent, à un simulacre. Cette faiblesse les handicapa au 3ème tiers et ils finirent le plus souvent tardos et querenciosos.

.......Sergio Serrano hérita du meilleur, le premier, le seul à prendre 2 véritables piques agrémentées d'une vuelta de campana. Ce novillo, noblissime, mit bien la tête mais se fatigua vite et finit tardo. Serrano exploita bien la meilleure corne, la gauche, mais tua mal. .......Son second épuisa toute sa force dans une unique pique poussée. Il arriva à la muleta tenant à peine debout et privé de charge. Serrano, qui sait toréer, s'ingénia à le maintenir debout et à le relancer autant que possible.

Mehdi "pendule" devant le sardo pétrifié. Photo : J. Nègre

......Mehdi Savalli hérite d'un joli sardo qui enchante le public à sa sortie, mais pas plus que l'habit ne fait le moine la robe ne fait le novillo. Celui-ci prend une petite pique dans l'épaule et se montre faible et sans charge. Il avait été accueilli par une profusion de faroles à genoux tandis que Joselito Adame s'illustrait dans un quite par lopecina. Les deux compères banderillaient ensemble avec plus de fougue que de réelle précision (voir le résultat sur la photo ci-contre). Comme le taureau ne passe pas, Medhi va rechercher des effets "trémendistes" dans les cornes. Une entière tombée. Mouchoirs minoritaires, pas d'oreille. .......Le cinquième novillo attendu a porta gayola vole un picotazo au picador de réserve puis, sur l'insistance du président, en prend un second. Tercio de banderilles brouillon ainsi que la faena qui suivra, le novillo qui mettait bien la tête devenant fuyard et se réfugiant aux planches. .......Le troisième novillo, sorti pour Joselito Adame, devait se casser une corne en piste et être remplacé par un du même élevage et du même acabit. Après des véroniques de bonne facture, il recevait une courte pique et de belles banderilles por colleras. Bien qu'il fut un peu tardo à la muleta, le jeune Adame lui imposait une belle faena conclue par épée entière et contraire, longue à faire effet, 1 oreille. .......Le dernier novillo poussa sous un première pique puis prit un picotazo dans l'épaule. Joselito régala l'assistance d'un quite fleuri où la cape dessina de magiques arabesques tout à fait comme savait faire El Juli novillero. Excellentes banderilles en alternant bien sur chaque corne. Novillo très difficile au 3ème tiers qui, comme le précédent, cherche l'abri des planches. Joselito Adame lui impose encore une intelligente faena gauchère. Petit désastre à l'épée. .......Conclusions : lot de novillos décevant, Serrano appliqué mais sans grande transmission, il est urgent que Savalli se repose et prenne un peu de recul, Adame montre de réelles dispositions et suscite beaucoup d'espoirs.