Saint Sever Dimanche 26 juin 2016 - "Les toreros sauvent la tarde"

Cartel inattendu dimanche 26 juin dans les arènes de Saint Sever avec un mano à mano entre la figura Sébastien Castella (rouge et or) et José Garrido (bleu ciel et or)  sacré matador en 2015. Les toros d'el Pilar, inégalement présentés et plutôt faibles dans l'ensemble, avec un peu de caste, ont tous pris une seule pique mais ont permis aux  toreros de briller à condition de trouver les solutions.

Le premier toro bien armé mais petit a des charges longues, suaves, mais ne montre pas une grande bravoure à la pique. La fadeur du toro qui accroche la muleta sur la corne gauche, est rattrapée par le professionnalisme de Castella  qui lui donne des séries de très beau style.  Plusieurs tentatives infructueuses à la mise à mort le priveront de trophée. Silence.

 


Photo de Benoit Rozes

Le deuxième toro de Castella, un colorado bien présenté mais commodément armé est difficile à fixer. Il pousse davantage sous la pique. Castella l'amène au centre par une série de doblones et profite de ce toro qui répète. Il doit toutefois donner une série par le bas pour corriger la corne gauche un peu moins facile. La mobilité mitigée du toro, la maîtrise et la technicité de Castella sortent la faena de l'ennui. Un pinchazo et une lame légèrement basse. Oreille.

A son troisième Castella a fait une démonstration de classe, de technique et de grâce en  montrant qu'il était un grand torero. Il a gardé beaucoup de calme ne faisant jamais de mouvement déplacé ou inutile façe à un toro bien présenté mais fuyard qui, malgré sa noblesse, donne des coups de tête en fin de passe. Castella garde le dessus et parvient à dessiner une faena  très esthétique avec beaucoup d'assurance et de domination. Une estocade bien placée en se jetant sur le toro avec sincérité lui permet d'avoir deux oreilles très justifiées.

Jose Garrido qui avait un défi à relever a fait très bonne impression. Il a bien accueilli son premier toro par de belles séries de véroniques données avec esthétique et lenteur. Le toro qui a montré des signes de faiblesse dès son entrée en piste, prend une seule pique en poussant peu le cheval. Il donnera toutefois un peu de jeu pendant la faena bien que moins facile à gauche. Jose Garrido parviendra à bien exploiter son adversaire avec notamment de belles séries sur la droite. Deux pinchazos et une épée. Silence.


Photo de Benoit Rozes

Le quatrième, un colorado  s'est cassé la corne dès son entrée en piste et a du être changé. Jose Garrido hérite d'un remplaçant, un toro qui colle mais qui baisse bien la tête et pousse un peu sous la pique. Il donnera un beau quite par gaoneras quelque peu accroché mais louable  par son originalité. Bien que faible et noble son adversaire demandait à trouver le bon sitio mais permettait de lier des séries. Il dut appeler plusieurs fois le toro pour tenter une estocade a recibir. Oreille.

Le sixième est plus commodément armé et se retourne vite. Il soulève le picador sans manifester de bravoure. Jose Garrido débute sa faena à genoux sans perdre de terrain face à un toro qui le colle de plus en plus près. Il parvint à s'imposer façe à un adversaire un peu moins facile que les autres qui raccourcit ses charges. Il se met à nouveau à genoux en fin de faena ce qui a fait craindre une fin brouillonne, mais finalement une bonne estocade lui permettra d'avoir deux oreilles dont une accordé généreusement.

Benoit ROZES


Photo de Jean-Michel Dussol, empruntée à Torobravo