1 contribution / 0 nouveau(x)
Antoñete

On l'a dit chercheur d'or, vivant en forêt amazonienne, on l'a dit marchand de tableaux au Venezuela pour de richissimes aficionados, on l'a dit apoderado d'un riche propriétaire, tientant les vaches et les toros.

Mille fois parti, mille fois revenu, une longévité à toute épreuve.

Inspiré de Manolete, ne se relevant jamais tout à fait de la mort du Yiyio qu'il avait fait mettre au cartel en remplacement de Curro Romero.

Amateur de femme, de jeu, d'alcool, et fumeur invétéré, il s'est marié en dernière noce avec une dacquoise.

Homme affable car ceux qui l'ont connus sont unanimes, c'était un homme doux et drôle, charmant et charmeur, un type bien, trés loin de l'image qu'on a bien voulu lui donner.

Antoño Chenel Albaladejo Antoñete était le lien vivant entre deux monstres sacrés, Manolete qu'il a vu toréer et José Tomas qui s'inspire de ce toreo, profond, au placement sur permettant de lier les passes.

Respectueux du toro, décédé en 2011, Il a de ses quarante années de courses, de blessures de déroutes et de triomphe, donné à la jeune génération des années quatre vingt un vent de fraîcheur, d'encimisme élégant, de respect du toro et de la lidia.

Pendant les fêtes de Dax l'hôtel Beausoleil de l'ami Nicolas accueillera une exposition Antoñete que nous vous invitons à venir voir si vous passez par là.

Du hall de l'hôtel à la caseta Patio Soleil, véritable caseta Sévillane, animée tous les soirs par Alma Flamenca, Antoñete trimballera son histoire, nous vous y attendons nombreux.

CHF