Comme depuis plusieurs années, notre Fédération était invitée à assister à l’Assemblée Générale de l’UVTF, une réunion qui se déroulait au stade Ernest Wallon sous la présidence d’Yves Ugalde

Si vous avez retenu de vos lointains cours de philosophie la doctrine de David Hume « la raison est et doit être l’esclave de nos passions », oubliez vite cette antienne pour vous faire une idée de la teneur des travaux de la dernière Assemblée Générale de l’Union des Villes Taurines de France. Car, contrairement à la théorie du philosophe écossais, l’essentiel de cette réunion a été consacré à exposer aux participants combien la corrida d’aujourd’hui ne peut plus être une seule affaire de passions mais, doit, bien au contraire, se plier aux incontournables exigences de rationalisation du secteur.

Dans un rapport d’activité très dense, André Viard rappelait tout d’abord les obligations sociales et fiscales : effectuer impérativement la Déclaration Préalable de Détachement pour tous les intervenants étrangers, s’acquitter ensuite de l’IRPF et des cotisations Sécurité Sociale en cohérence avec les bases du « Convenio Colectivo Taurino ». Il évoquait ensuite l’épineux sujet de la T.V.A. pour confirmer qu’actuellement sont exonérés de cette taxe les seules régies municipales et les comités des fêtes, toutes les autres formes d’organisation, y compris les clubs taurins, y sont tenues.                      

Pour poursuivre ce rapport d’activité, était abordé le sujet des Écoles Taurines : s’il faut se réjouir des succès enregistrés dans les procédures juridiques, il convient de renforcer notre argumentation par la production d’une étude sur l’impact psychique pour les élèves. Cette étude, en cours, permettra de mieux préparer notre défense face aux antis.         

Rationalisation encore dans l’affirmation de la nature culturelle de la tauromachie au travers d’une campagne de communication innovante qui se matérialise par un plan d’affichage accompagnant les grands événements taurins et l’achat d’espace publicitaire dans la presse quotidienne régionale. Réaffirmer l’essence culturelle des tauromachies constitue, certainement, la meilleure façon de prévenir un éventuel R.I.C. et de démontrer son absence de conformité au droit européen qui défend les cultures minoritaires.

Pour mener à bien cette ambitieuse politique de communication, cette veille juridique permanente, l’U.V.T.F. doit disposer de ressources financières pérennes. Tour à tour, le trésorier de l’association, le vicois Bernard Pupin, son expert-comptable, son commissaire aux comptes se sont faits les témoins de finances stables grâce à la régularité des cotisations émanant des villes adhérentes et à l’application du plan triennal. Si ce plan triennal n’est pas encore respecté de façon uniforme par toutes les arènes, il devrait l’être dans un très proche avenir (au plus tard 2021) dans la mesure où l’application des trois volets du plan s’imposera à tout nouveau délégataire. Le retour dans le giron de l’UVTF de Nîmes, la plaza française donnant le plus de spectacles, confortera, encore, la situation financière de l’association, lui donnant ainsi les moyens accrus pour mener à bien ses actions.

Rationalisation toujours dans le domaine de la sécurité avec le dépoussiérage du Règlement Taurin Municipal et une nouvelle écriture des articles relatifs aux infirmeries, à leur personnel, et à leurs équipements. À noter que le médecin-chef interviendra désormais dans la décision de suspendre la course en cas d’intempéries. Est, également, prévue pour la temporada prochaine la mise en place de deux unités de soins « transversales », comprendre utilisables dans plusieurs arènes d’un même secteur géographique. Recommandation est, aussi, faite de faire signer une décharge à tout torero qui refuserait de se faire soigner ou d’être hospitalisé en France. Voilà pour la partie statutaire

L’après-midi était consacrée aux échanges avec les partenaires de l’UVTF : Association française de Chirurgie Taurine, Association des Vétérinaires Taurins Français, Association des Éleveurs Français de Taureaux de Combat, l’Union des Clubs Taurins Paul Ricard, et enfin Fédération des Sociétés Taurines de France.                                                                                                                  

Pour les chirurgiens taurins, Olivier Chambre disait toute sa satisfaction de voir la réaction positive (règlement, équipement) apportée par l’UVTF à ses précédents griefs. Mais la prise en compte des besoins matériels ne suffit pas à gommer l’inquiétude née de l’absence d’engouement de ses jeunes confrères pour la cause taurine, ce qui rend d’autant plus nécessaire la planification de la programmation des spectacles.                                                                                                                  

Les ganaderos ont pour leur part renouvelé leur demande de voir composer la totalité des novilladas sans picador avec du bétail provenant d’élevages nationaux, ils dénoncent que cela n’ait pas été le cas lors de la temporada 2018. Notons que le droit européen interdit d’inscrire cette demande dans le marbre.                                                                                                        

Représentant les vétérinaires, Thierry Faget a donné en quelques pourcentages les résultats des analyses de cornes effectuées sur les prélèvements de la saison 2018, il convient de remarquer qu’aucune ganaderia n’est concernée par des résultats négatifs sur l’ensemble des cornes.                          

La Fédération des Sociétés Taurines, par la voix de votre serviteur, a évoqué l’indispensable soutien dont ont besoin les organisateurs de novilladas sans picador et précisé que ce soutien pourrait être imaginé en partenariat avec les écoles taurines et les éleveurs. Autres objets habituels de communication de la Fédération : l’activité du Corps des Présidents et nos propositions en matière de réforme du Règlement Taurin Municipal.

On le constate une Assemblée Générale riche en mesures et réflexions qui, souhaitons-le, permettront à la corrida, passion partagée de tous les participants à cette réunion, d’affronter l’avenir plus sereinement.

 

                                                                                                    André Roques