Bernard Rendu, carcassonnais d’origine biterroise, a quitté ses innombrables amis aficionados, nous a quitté, samedi à l’âge de 72 ans. Ses obsèques ont eu lieu à Béziers en cet après-midi du mardi 23 avril. Il a supporté, durant des années, des ennuis de santé avec l’élégance de ne jamais le laisser paraître. Bernard et Nicole, son épouse, sont toujours restés chaleureux et généreux en amitié.

Bernard aimait les toros et les livres…

Les toros, il les a découverts à Béziers dès son enfance, recherchés un peu partout, en France et en Espagne, accueillis avec enthousiasme à Carcassonne depuis le début des années 2000. Il y a fait, depuis, profiter l’aficion locale de tous ses savoirs. C’est ainsi qu’il y a présidé de nombreuses novilladas, de manière exemplaire, toujours attentif au respect du bétail et à celui de l’éthique.

Les livres ont été une autre passion, tout à fait complémentaire. Sa vaste bibliothèque renferme pratiquement toutes les publications taurines françaises depuis les origines jusqu’à aujourd’hui. Membre éminent de l’Union des Bibliophiles Taurins de France (UBTF), il y a collaboré à la rédaction du Dictionnaire Pertus et il est l’un des tout récents co-auteurs de Les Publications Taurines en France et en Espagne en 2018, publié ce mois d’avril.

Enfin, Bernard Rendu est, a toujours été, un aficionado militant et transmetteur…

Aficionado militant parce qu’adhérent simultané de plusieurs de nos sociétés taurines fédérées et heureux de leur union pour défendre la corrida, aussi bien des attaques de ses ennemis extérieurs que de ceux qui la sapent de l’intérieur. Ainsi, il était relié à notre FSTF par de multiples attaches, il était, à la fois, membre du Club Taurin de Toulouse, membre du Club Taurin de Castres - Peña La Goyesca où j’ai eu l’honneur de l’accueillir, membre, bien sûr, des clubs taurins carcassonnais, et d’autres associations...

Aficionado transmetteur, parce qu’il savait enseigner et faire partager sa passion. L’un de ses jeunes petits-enfants est l’élève d’une école taurine. En dépit de son habituelle discrétion, il ne pouvait en dissimuler une affectueuse et légitime fierté.

L’aficion vient de perdre l’un de ceux qui, par leur culture et érudition, leur impeccable positionnement moral, illustrent et justifient l’intérêt et la beauté de notre fiesta.

Je me fais l’interprète du président Dominique Valmary et de tous les membres du Bureau de la FSTF pour assurer Nicole Rendu, ses enfants et petits-enfants, de notre profonde sympathie.

Bernard vivra toujours dans nos souvenirs.

                                                                                             J.-J. D