1 contribution / 0 nouveau(x)
Bizarre, vous avez dit Bizarre

BIZARRE VOUS AVEZ DIT BIZARRE……COMME C’EST BIZARRE !

 

 

Il me l’a dit avec le sourire : il aime beaucoup ce que j’écris.

Tant mieux, vous m’en voyez flatté.

L’Ego depuis le camembert de La Fontaine (et sans doute avant) est la pire des faiblesses, et tout flatteur vit aux dépens bla… bla… bla…

Donc il aime ce que j’écris, mais bien sur, comme il est difficile de faire l’unanimité ou à peu près (seuls les génies de la littérature eux le peuvent..) parfois il n’est pas d’accord avec ce que j’écris.

Tant mieux, au moins, il y a de quoi discuter.

Ceux qui me “savent“ bien, connaissent mon côté légèrement “caustique“, voire “provocateur“ et j’aime bien mener “l’âne au champ“…quitte à me contredire quelques jours plus tard.

 

Nous parlions de cornes, de toros vrais et je faisais la remarque  suivante c’est le fait que cette année, je n’ai pas entendu, une seule fois (ni n’ai lu dans la “presse spécialisée“) les termes de “Ayatollahs“ “rigoriste“ “puriste“ pour les plus sympas….voire pire…genre assoiffé de sang, pervers etc…tout cela par les taurins, hein ?

On est bien d’accord, je ne parle pas de qui vous savez….et qui ne nous aime pas.

 

La dernière fois ou j’ai entendu un “ta gueule“ dans une arène, c’était à Vic, ou un aficionado Cérétan (“gardien du temple » (Boum c’est tombé)) avait invectivé, et le picador (pas placé en face du toril°, et le péon (placé lui, du mauvais côté du cheval)…un “ta gueule retentissant“ était tombé des gradins…et pourtant il avait totalement raison.

 

Donc, mon ami, qui lui aussi de temps en temps joute avec moi, se moqua gentiment de mon texte écrit après la perf de Ponce à Mont de Marsan…avec la musique du film “mission“.

J’avais beau lui dire que mon émotion avait été grande, l’harmonie, la légèreté, le temple, les gestes rares, il me répondait torito, cornes bizarroïdes, manque de spontanéité d’une musique choisie avant etc etc…

Bref, on bataillait alors que tout se mélangeait au final, car je le rejoignais bien sur, alors que lui, ne posait pas un demi orteil sur le pont de concorde que je lui proposais.

Il me regarda avec un large sourire, et malgré les temps brouillés me lança un“ ben t’es plus un ayatollah alors“.

 

Du coup, je me mis à réfléchir à la fameuse question, tiens c’est vrai, au final, cela fait longtemps que je ne me suis pas fait traiter d’extrémiste de la chose taurine…il faut dire aussi que je suis consensuel pour le moins….enfin, pas toujours mais …

 

Donc du coup, réflexion en commençant par moi-même d’ailleurs (l’Ego je vous dis).

D’abord ai-je changé ?

Plus tendre ?

L’art d’être grand-père ?

Le privilège de l’âge ?

Sûrement un peu de tout.

Pourtant j’ai aimé ce foutu François André un poison royal, et le somptueux Gallon de début de saison à St Martin de Crau, sorte de bombe nucléaire sur patte, j’ai aimé les Valdellan de Vic qui ont épuisés et torturés les toreros du jour, j’ai adoré les Pedraza de Yeltes de Dax (quand je pense que le public n’a vu quasiment que le courage de Bonijol)…bref, oui j’aime le toro toro alors ?

Ben alors c’est que tu es un véritable aficionado me dit l’ami (ça me flatte, et ça stoppe le questionnement) mais sur le fond, qu’est-ce que cela veut dire ?

Que j’ai glissé vers le toro spectacle ?

Que j’accepte les concessions aux vraies fausses corridas

Que finalement je me range aux côtés des cireurs de pompes (funèbres souvent)

Que je me “Toristérise “ (Ne cherchez pas celui-là, je viens de “me l’inventer“ (comme le dis ma Gersoise d’amour).

 

Ou est-ce que la qualité globale est montée d’un cran ?

Des toros plus “faits“

Mieux “armés“

Qui tiennent sur leur patte

Un équilibre toriste torériste dans les grandes férias

Une prise de conscience des présidences, moins de trophées, d’indultos (sauf à Istres, ou Nîmes, mais oui on vous aime bien quand même…)

Ou alors,

Une éducation meilleure du public ?

Un renouveau de toreros et d’aficionados ?

Des ganaderias mieux choisies, moins imposées ?

Un choix plus précis des courses vues ?

Ou pire une défection systématique des aficionados, vrais connaisseurs, dégoûtés, dépités, écoeurés et qui ne veulent plus cautionner de leur présence les arènes aux triomphes de pacotille, aux tricheries admises, aux arrangements sordides entre amis ?

Etc etc etc…l’absence entraine le silence..

Mais aussi, la difficulté de trouver du choix dans les élevages, et même dans les ganaderias dites “dures“ tirer le gros lot ? Je pense à mes amis Cérétans.

Avoir à subir les écrits triomphaux “locaux“, les envolées lyriques nationales, les paroles doctes des “ceux qui ont accès…“ la sempiternelle toise des “élites“ des cercles restreints.

Mais aussi, la méconnaissance totale de spectateurs qui ne sont pas aficionados, et le mépris de ceux qui pensent que la tauromachie est avant tout un spectacle.

 

Bref…un peu de tout cela sans doute..

 

Du coup, ça bouillonne dans ma tête, d’habitude dans ce cas, je pars au campo ou je me régénère à voir le toro dans son élément, libre…là, pas le temps…pris par un tas de choses…et je m’aperçois à mon grand Dam, que ça ne me gène pas plus que ça…sauf José Tomas, Joselito Adame à Mexico que je ne verrai pas et ou j’étais pourtant invité, et revoir l’ami Gaston et Maru…on ne se voit que bien trop rarement..

Peut-être que l’après attentat du 13 Novembre a modifié le curseur de mes centres d’intérêts, peut-être aussi cet hiver qui n’en est pas vraiment un pour le moment, et dont le solstice d’hiver, du jour, va m’inciter à penser au jours qui rallongent et m’entrainent vers un temporada nouvelle, me laisse un mauvais goût dans la bouche, je ne sais pas vraiment, un spleen Baudelairien.. ?

Bizarre, vous avez dit Bizarre, comme c’est Bizarre?

 

CHF