Après les difficultés vécues en 2019, l'équipe de Carcassonne Aficion avait décidé de relever le gant par respect pour l'aficion en programmant un nouvel épisode de la féria locale. La décision de poursuivre ne peut satisfaire les aficionados au regard de l'emplacement stratégique de la ville entre Sud Est et Sud Ouest et de la qualité du bétail présenté.

Le succès a été au rendez-vous avec un samedi réunissant une course landaise faisant le plein et accueillant une étape de « la corne d'or » circuit de capea organisé par le CTPR de Toulouse au bénéfice des écoles taurines dont le vainqueur de l'étape audoise est Lenny MARTIN de l'école taurine Béziers Méditerranée    .

 

Dimanche 1er Septembre 2019 à 11 heures 4 novillos de La Quinta 4 pour Mario SOTOS et Javier OROZCO. Temps frais et gris. Vent importun dont les hommes s'acquitteront.

Les novillos sont dans le type de l'élevage, bien faits sortant avec fougue, avec toutefois des têtes faciles pour 2 d'entre eux. 4 novillos qui ont fait preuve de 4 comportements différents depuis le taureau noble entré en premier au manso con casta combattu en quatrième position.

 

Mario SOTOS a tiré le bon lot avec le premier aux cornes courtes qui sera très présent dans la cape sans aucun geste de défense. Le cheval sera tourné et secoué pour 2 piques, la deuxième à la demande du président, quite de Javier Orozco. Le deuxième tiers est limité à 2 paires. Brindis au public. Le novillo s'applique dans la muleta avec une noblesse « intelligente » ce qui amène le novillero à ne pas exiger ce qu'il aurait pu exiger. Il conclue mal une faena intéressante de 2 pinchazos a recibir et de 2 autres épées dont un ¾ de lame. Le taureau qui meurt en exprimant sa caste est applaudi à l'arrastre. Silence pour Mario Sotos.

Son second sort en trombe, remate aux planches et fait faire le tour de la propriété au novillero qui s'accroche. Puissant il renverse le cheval sur une première pique ratée, la deuxième est placée dans l'épaule et pompée. Aux banderilles il coupe les terrains et joue de la tête lors des 3 paires. Il est d'une noblesse exigente terminant ses courses par un coup de tête et revient très vite sur le leurre. Le novillero semble ne pas pouvoir donner la sortie ce qui augmente la pression. La mort sera compliquée demandant 5 gestes à l'épée qui ne touchent pas l'animal et un descabello décisif.

 

Javier OROZCO voit son premier bondir dans l'arène. Il a la corne gauche apparemment épointée et donne de la tête . Les 2 piques sont placées trop en arrière sans qu'il pousse de manière significative. Quite de Mario Sotos avant la pose de 3 paires de banderilles. Brindis au public. Sa charge est douce et manque d'allant. Le novillero place sa muleta trop en arrière ce qui réduit sa prestation à une série enchaînée de circulaires et à un final par manoletinas. Il tue d'une très vilaine épée dans les côtes qui ne demandera pas un deuxième geste. Salut au tiers.

Son second à la cape noire est puissant, il se réserve jetant les pattes en avant. Ce manso con caste ira une seule fois au cheval pour une monopique très agitée. Il coupe aux banderilles, les cuadrillas étant particulièrement vigilantes. Le novillero engage la confrontation sur la corne gauche, renonce à droite après un avertissement définitif et retour imposé à gauche. Faute d'une domination suffisante, le novillo prend de l'assurance et l'ascendant sur l'homme ce qui fait monter l'émotion sur les gradins. Une entière sincère et méritoire dans les circonstances délivre l'octroi d'une Oreille.

  

 

Dimanche 1er Septembre 2019 à 18 heures. 6 MIURA 6 pour Carlos ARANDA et Maxime SOLERA, mano a mano en l'absence de Carlos Olsina blessé la veille qui n'a pas pu être remplacé.

Les novillos sont superbes de présentation, hauts et longs comme il se doit avec du tempérament mettant les jeunes au défi de les dominer, l'essence de la corrida que l'on aime.

Carlos ARANDA affronte un novillo tout à fait dans le type qui remate à son entrée en piste avec une corne abîmée, ira 2 fois au cheval sans plus pour 2 piques pompées sans raison. 2 paires de banderilles où il a tendance à couper les terrains. Brindis au public. Pendant la faena sa faiblesse initiale aperçue avant les piques se confirme puisqu'il s'affale plusieurs fois. La noblesse du novillo et sa faiblesse permet de le toréer sans le contraindre. Carlos le tue en suerte contraire d'un pinchazo et d'une épée tombée après un avis.Applaudissements à l'arrastre surprenants et salut au tiers.

 

Maxime SOLERA n'a pas tiré le lot le plus facile, il accueille son premier légèrement bisco et qui joue de la tête. Manso au cheval pour 2 piques mal posées parce trop en arrière et aux banderilles où il faudra 4 passages. Maxime arrive à le contraindre sans toutefois le soumettre. Blessé au poignet gauche, il sera gêné à la mort où il se fait bousculer, le novillo se battant jusqu'au bout. 3 pinchazos, une demie épée basse et une longue série au descabello, ceci expliquant cela.

 

Carlos ARANDA voit son deuxième jouer de la tête dans la cape et aller au cheval en manso, cassant la hampe du picador au premier assaut, la deuxième pompée se fera en huit trous et la troisième pour voir la charge. Les banderilles sont posées au mérite avec salut des 2 banderilleros. La faiblesse du novillo permet la facilité mais n'efface pas la méfiance du piéton. La faena se déroulera sans suffisamment peser sur le bicho. Final d'un pinchazo contraire et de 2/3 de lame après 2 avis et une séance de descabello bien longue.

 

Maxime SOLERA salue un novillo negro bragado en le conduisant au centre de belle manière. Le novillo va 3 fois au cheval, la troisième fois pour juger la charge. Salut aux banderilles. Á la muleta le novillo se retourne comme un chat sur les 2 cornes et le chat est long comme un jour sans pain ! Maxime assure mais prolonge peut-être un peu trop sa faena, ce qui veut dire que cela ne lui profite pas. Il met une épée entière un peu basse au novillo qui choisit de mourir en brave au centre de l'arène. Mauvaise conclusion à la puntilla.

 

Carlos ARANDA accueille son dernier, un joli taureau qui demande les papiers et bouscule le cheval de manière désordonnée pour 2 piques, une troisième étant posée après le changement de tiers. Rien à dire de la faena. La ½ épée très moche et vite enlevée sera suffisante pour voir tomber le novillo après un avis.

 

Maxime SOLERA est de clôture, son adversaire est magnifique et sera très présent dans la cape. Il vient fort à la première pique mais ne pousse pas, le second assaut se fait depuis le centre pour une prestation équivalente. Seules 2 paires de banderilles seront posées. Novillo et novillero ne se trouvent pas. Un geste qui mériterait explication : Maxime fait arracher la doublure de sa muleta, novillo distrait par la couleur ? La confrontation vaut pour la rencontre d'un animal qui a le dessus avec un novillero qui ne lâche rien. La preuve, une estocade très belle qui vaut à elle seule l'Oreille accordée après un avis.

 

Bonne prestation du palco placé sous la présidence de Jean Delbosc pour les 2 novilladas.