1 contribution / 0 nouveau(x)
ce que nous avons dansé

Ce que nous avons dansé

 

Ca y est, ce matin, je me réveille et le vent d’Ouest m’apporte la voix de l’animateur.

C’est la fériascapade, 15 kms de course, des centaines de gens.

Ensuite, on va planter le Mai (sorte de tronc surmonté de différents objets) qui en principe est dressé en l’honneur de quelqu’un, un élu, un retraité, pour un anniversaire.

Celui-ci est dédié aux festayres (Hestayres) disent les modernes ayant replongés dans les racines gasconnes. La journée est Landaise, course d’échasses, quilles, course formelle avec les écarteurs ce soir.

Puis les romains vers la fin d’après-midi qui vont surgir de l’Adour (il a bien plu ces deux derniers jours) et qui vont apporter les clefs jusqu’au Parvis de la mairie, les donner au maire. Madame le Maire fera son discours, nous, tous en blanc le foulard à la main, attendront “la Dacquoise“ notre chanson, puis les clefs seront remises à deux gamins représentant les Festayres, alors nouant autour du cou le foulard rouge sang commencera la fête, Bodegas, penas, restaurants et le Patio Soleil, la caseta sévillane bien sur ou Latcho et Angel vont nous régaler et nous transporter en un ailleurs, rempli de toros, de danseuses de flamenco, de cordes de guitares distordues et une fois passée l’heure, après les gypsies kings et autres chants, nous rentrerons dans le sacré du “canto hondo“ ce partage fraternel du chant profond de l’Andalousie.

Alors on se serrera un peu plus, les amis seront là, ceux que l’on a tant eu peur de perdre cette année, ceux qui ne sont plus là, je penserai à maman qui lutte là bas et les autres…

Rire, vivre, survivre.

Voilà ce qu’est notre féria.

Demain novillada et corrida et nous vaincrons la maladie, la mort et tout le reste ..

Et si par hasard dans un avenir incertain, on voulait nous enlever tout ça, au nom de je ne sais quoi, alors aucun, ni personne ne nous enlèvera, jamais, ce que nous avons dansé.

CHF