2 contributions / 0 nouveau(x)
Dernière contribution
CHF A LA PLAGE

CHF à la plage

 

 

Chère Lotte,

Je t’envoie cette lettre de mes vacances qui se passent bien.

Tonton Pierre l’avait promis, il a tenu à m’emmener passer le weekend à la plage.

Moi j’y connais rien alors tu penses quand il m’a dit en une phrase deux choses, la première, c’est que on irait à Carry le Rouet chez Fernandel (j’aime bien Fernandel, et à la plage) hop j’ai pris mon premier maillot de bain, une brosse à dents, et j’ai fait 600 kilomètres (elle est loin la plage)

Tonton Pierre, il a dit aussi, qu’il fallait que j’aille voir les corridas après la plage. Moi j’aime bien les taureaux, il y en a plein en Camargue.

Tonton Pierre, il a dit deux choses, encore, il a dit que on allait pas s’arrêter aux toros, que sinon on serait fâché avec tout le monde, et il a aussi dit qu’on regarderait, Ponce, Morante, et Joselito que c’est un “one shot“ là j’ai pas bien saisi, mais bon, en tout cas on sait ce qu’on va voir.

 

Alors pour les toros, Tonton Pierre, a dit que c’était comme quand tu allais voir Vanessa Paradis, qu’il valait mieux être placé dans les trois premiers rangs, sinon tu l’entends plus. Que là c’est pareil, les toros sont tellement petits qu’il vaut mieux être bien placé pour les voir.

Tonton Pierre, il est rigolo, il dit que les toros, ils sont passés chez le coiffeur, surtout ceux du dernier jour.

 

Le premier soir d’arrivée aux arènes du Palio, je suis tout ébahi, on dirait une soucoupe volante, il fait très chaud, alors Tonton Pierre il m’emmène dans un camion déguisé en bus. Dedans, c’est tout à la gloriole de “Morante“. Il faut prononcer le mot de manière suffisante. Il est écrit que “El Arte no tiene Miedo“ dedans. Tonton Pierre lui, il rajoute: “surtout pas celle du ridicule“.

On trouve là quelques objets, des peintures pas très jolies, un film, des Photos de Morante en couche culotte, fumant le cigare, toréant à “Gusto“ d’une demi-véronique, moi j ‘y comprends rien mais on est à l’abri de la chaleur (il fait 34°) et j’ai soif.

 

Tonton Pierre, il croise tout un tas de types qui l’embrassent, lui tapent sur l’épaule, blaguent toujours et finissent par un : “allez, viens on va boire un coup“.

Ici, c’est un peu tous les pays la France black blanc beur, ibérique.

 

L’orchestre joue une musique que je connais, c’est celle de Fort Alamo, en bas, Enrique Ponce a débouché le flacon, c’est ce que dit Tonton Pierre. Et le toro et Enrique, ils tournent ensemble avec une lenteur incroyable, c’est prenant, et beau.

Il nous a envouté le divin demi-chauve, comme le serpent déroule ses anneaux et danse dans le panier en osier, le toro danse avec Enrique.

Sa muleta, glisse en silence et en légèreté, c’est un moment féerique, on oublie le toro malingre, ses cornes en pinces de crabe, on écoute la trompette suavement envelopper la faena exquise. Un grand moment de pureté, qui s’estompe avec la mort de l’animal, en deux fois.

 

Juan Bautista (Tonton Pierre il dit que c’est le local de l’étape..) s’est mis au diapason et torèe superbement bien mais sans atteindre le niveau de la faena troublante de Ponce.

Il triomphe pourtant.

Morante (je le reconnais) il donne de beaux détails, c’est Tonton Pierre qui le dit, mais bon, il tue mal, en plus il risque de se faire engueuler par les pompiers, parce que il fume des cigares gros comme le bras de Tati Thérèse.

 

Deuxième jour, Tonton Pierre s’est moqué de moi, il m’a dit : “il y’a Fernandel en piste“ moi j’ai cherché, mais c’est même pas le vrai, son nom à lui, en bas c’est Escribano.

Il rit tout le temps avec de grandes dents (c’est pour ça Fernandel). Alors lui, je te le dis, tout de suite, il est fou.

Il pose les banderilles le dos collé aux planches, même que ça a failli mal tourner, à part ça, rien de plus.

Le président un grand black qui jouait seconde ligne à Istres, va lui donner deux oreilles, derrière moi, il y a un tout petit bonhomme tout rouge qui le traite de Bouffigue, que une c’est bien assez. Moi je me dis que le petit derrière moi, il ferait mieux de se taire, d’abord parce que même si il a raison, ici ça change rien, et qu’ensuite si le grand il vient lui tirer les oreilles ici, l’autre ne fera pas le poids..

Celui qui a été bon, c’est le Mexicain (moi, avant lui, j’en avais jamais vu en vrai) ben c’est comme nous, mais un peu plus petit et un peu ridé, il a été très bon.

Les La Quinta, c’est des toros qui valent pas un peso qu’il dit Tonton Pierre, c’est vrai qu’ils sont pas terrible, heureusement ils ont coupé les deux oreilles au dernier (le Mexicain) il a “inventé“ un toro, fait des passes à la cape que ça faisait comme la robe qui vole au vent dans le film West Side Story

Il y avait toute une bande avec un drapeau qui le soutenait, en lui jetant des : Viva Mexico (tu dois prononcer MERICO, avec le R comme si tu allais cracher) MAYT (Mexico Aztècas Y Toros) c’est leur parrain, alors tu penses, ils étaient content qu’il triomphe.

 

Troisième jour, là, il y a du Domecq Solis Solis, il dit Tonton, et en plus l’alternative de Cayetano Ortiz qu’on se demande bien qui est derrière lui, pour avoir pour témoin et parrain Joselito et Morante De La Puebla.

Ca a mal débuté. Le premier toro celui d’alternative (c’est quand le torero il devient un vrai matador) avait la corne en pinceau. Le président ne s’attendait pas à une telle résistance du public qui l’a rejeté, le président il était tout rouge et il s’est trompé de couleur de mouchoir.

Bon, alors le toro n’a pas voulu rentrer, et c’est donc le petit Ortiz qui l’a tué, Tonton Pierre, il maintient que c’est le chef de Lidia qui aurait du le tuer et pas l’apprenti.

Bon alors le petit pas de chance on lui donne une oreille pour ses efforts et à son dernier toro, il le fera devant moins d’une moitié d’arène, y’a foot tout de même à la télévision.

Tonton il résume la chose, par un:“ tu vois c’est à ça qu’on reconnaît la véritable aficion“

 

Morante il a pas de chance, un beau bus, ça oui, mais pas de chance, il trouve pas le bonbon qu’il lui faut pour exercer son “Arte qui No Tiene Miedo“. Il court après son toro, il court pour faire une vuelta (enfin il trottine, il rigole, il fume) il m’énerve mais quelque part je l’aime bien. Je cherche en vain le bonbon, j’adore ça, mais là…pfuitt

Joselito est accueilli debout par la foule, il salue longuement, les filles toujours perfides disent qu’il n’a pas vieilli (Tonton il dit que c’est pour faire râler ceux qui ont son âge et un cimetière à Poulets, là ou lui a la ceinture cintrée).

Joselito est accompagné par l’hymne à l’amour pour commencer et c’est beau comme Ponce l’autre jour, mais tout le temps. Sauf la mise à mort, qui est ratée.

Les gens ils sont généreux, parce que les toros c’est pas ça, on dirait un festival il dit Tonton Pierre, et ces cornes, quelle honte. On lui donne deux oreilles et deux oreilles et la queue ça sifflotte autour de moi et ça râle un peu..

Ben oui, mais c’est sa dernière fois, il l’avait promis avant de revenir ici, alors si ça se trouve on le reverra.

 

Voilà ma chère Loutte, mes trois jours ici avec Tonton Pierre, je reviendrai peut être, mais quand même, il feraient mieux de faire attention aux toros qu’ils présentent…

 

CHF

CHF A LA PLAGE

OUF! çà fait du bien de rire, quoique, c'est pas marrant! Mais les plagistes vont-ils comprendre un jour ?