1 contribution / 0 nouveau(x)
chifoumi taurin

Chifoumi taurin

 

Papier, caillou, ciseau.

Dax ma belle a fermé ses portes de féria, les Romains ont repris le fleuve, l’Agur a retenti épaule contre épaule, et a pu être suivi par des milliers de festayres dans le parc Théodore Denis, et sur les écrans des berges de l’Adour, quel pied de nez à tous les anti, Végans, de la planète.

Papier

Côté bestiole, et comme déjà l’an passé un chifoumi taurin….soyons clairs de toro il n’y eut que peu, dans le même sac des toro de papier, Domingo Hernandez, Montalvo, ventorillo et même les Adolfo Martin dégonflés à la première demi pique…une mascarade taurine pour les aficionados qui les ont vus cette année y compris chez le voisin Montois.

De papier aussi le Juli à la ramasse et qui se Morantise puisque il attend le toro collaborateur …et ne fiche plus rien si celui-ci n’est pas là… Seuls sortirent du lot Talavante et quelques détails sur des invalides…Jean Baptiste qui n’en finit pas de s’ancrer dans le Sud Ouest et qui tira tout ce qu’il pouvait de ses toros, avec une toreria fleurie (à la Mexicaine) à la cape et très varié à la muleta, mais sur des toros à la limite de force et de décaste…

Oreilles méritées à Talavante et Juan Bautista (le petit Lorenzo en reçut une plus pour punir le Juli qu’autre chose)…le reste fait partie des mystères taurins

Cailloux…

Les Pedraza attendus comme les “Rolling Stones“ me posent un problème.

D’abord, sortis magnifiques, lourds entre 580 et 600 kilos, mobiles et allègres à la première pique, ils firent rugir de bonheur les gradins (comme quoi on peut aussi aimer le toro qui tient sur pattes) deux seulement s’employèrent vraiment à la pique poussant de tout leur poids sur plusieurs mètres mais un seul, le dernier, mis en suerte correcte pris deux piques et une de tienta…et c’est là tout le problème…les Pedraza sont devenus des toros de deux piques… ???? Difficile de juger, entre deux, blessés visiblement dès leur entrée (légère boiterie) et le quatrième massacré par le picador de Rafaellillo cinq moururent mufle fermé et se comportèrent en toros sérieux. Evidemment comparé à ce que l’on avait vu jusque là, la course parut dantesque…et les oreilles bien généreuses à mon goût surtout quand on laisse massacrer un toro..

Rafaellillo, brutal et piétinant comme à son habitude ne compris pas l’immense quatrième, probablement le plus fort du lot (deux piques appuyées sur l’épaule, toréé par le bas et tordu comme un tire bouchon) ah si ce toro était sorti dans les mains de Luque ???  beaucoup virent une lutte “d’un autre temps“ là ou il n’y avait que brutalité de geste, gesticulations et cinéma visuel dans l’attitude…tordant ce toro noblissime, heureusement l’épée fut bonne à chaque fois, mais les deux oreilles accordées étaient à mon sens bien généreuses.

Luque le plus mal servi du sorteo comprit vite la noblesse du lot, ancré, la main basse, et templée nous régala avec deux toros qu’il dut toréer pourtant à mi hauteur les trois quart de la faena, mais quel régal, une et une oreille. Un superbe moment…

Roman fut dépassé, oscillant entre la violence de Rafaellillo et la copie poussive de Luque il ne se mit jamais au diapason de ses adversaires….ce fut lui qui pourtant sut mettre le mieux ses toros en valeur à la pique..

Ciseau

Alors, évolution de l’élevage de Pedraza vers un troisième tiers, le lot n’avait rien de comparable avec les lots des premières et seconde années dacquoises…confirmant les résultats de l’année…camade trop courte….tendance à vouloir faire toréer les Pedraza par des figures…et donc…cela ressemble à l’évolution, des La Quinta, Fuente Ymbro etc…

Je n’ai pas parlé volontairement de la dernière course, insipide et fade comme les autres précédentes car devant nous s’est produit un petit miracle…certes les toros “mauvais comme cochon“ de Ventorillo replongèrent tout le monde dans la torpeur…j’enrage car comme vous le savez je ne suis pas fan fan de chiffonnade et le medio, tiers toro m’ennuie, mais voilà quand on a la chance de voir un gamin de vingt ans, Gines Marin qui avance la jambe, baisse la main, temple au ralenti et absorbe le toro dans la muleta..on se doit de le saluer avec respect, surtout quand les compagnons de cartel s’écroulent sous la tâche à accomplir (pauvre Galdos) qui continue sa descente aux enfers…ou que des figuras de métier fracassent et trichent sans honte.

On me dit que Gines Marin mit du temps, se fit déborder…quelle hérésie, un toro faible, décasté (et dieu sait que l’on en voit) doit être remis en confiance pour le troisième tiers, Morante, Juli, Ponce, Juan Bautista le savent bien, eux qui “ inventent“ des toros tous les jours, peu à peu ils intéressent l’animal, prennent la mesure de sa faiblesse et en fonction tirent des passes magnifiques c’est à ça que l’on reconnaît les “grands“ des “petits“ toros. 

Gines Marin nous fit une démonstration de toreo , et ne fut pas récompensé, là ou d’autres probablement auraient eu des trophées maximum…et oui, certes tout ne fut pas parfait, mais le gamin a Vingt balais, et j’avoue avoir envie de le revoir….vite, avec des adversaires plus “soutenus“ une main gauche cristalline, une main droite rasant le sol avec douceur, une toreria suave et complète, et un engagement sincère à l'épée...que veut-on de plus? Des toros certes...mais.

Dernier coup de ciseau, Castella balayé par Juan Bautista.Le défi a tourné court, Jean Baptiste pèse maintenant sur le public et les toros et il mit un bain à Sébastien à la cape notamment lors d'un défi au quite qui mit le frisson dans l'arène.

Une féria encore en demi teinte, question toros, un poste de véédor peut être à pourvoir pour l’an prochain ? 

Une déception torista avec les adolfo Martin

Une révélation Gines Marin, un retour Daniel Luque, et une confirmation Juan Bautista..

Pour le reste on fera le compte après toros y salsa, avec les Victorino (jolis sur le papier) et le mano a mano Ponce / Roca Rey si toros il y a 

 

CHF