1 contribution / 0 nouveau(x)
COBRADIEZMOS

Ce Victorino, ressemble à un véritable Victorino.

Pas immense

Pas haut sur pattes

Pas avec des cornes démesurées sur chaque côté.

Un Victorino comme je les aime vraiment.

Gris souris

Petit muffle

Bas sur pattes avec du cul, rond comme un ballon.

Victorino le dit toujours :“Mira al culo“….c’est de là que vient toute la puissance de l’animal, des reins, pas des cornes…

Vous avez remarqué comment les toros de figuras, depuis l’an passé, ont tous des cornes longues…mais sans Poder, sans Genio, pas de toro……Un peu comme ces gens qui montent des pare-buffles sur leur 4X4 alors qu’ils ne sortent pas du département des Hauts de Seine…

Lui, ce “petit toro“ va bouleverser Séville.

C’est l’océan, la vague incessante, le mouvement perpétuel.

Escribano s’arrime, il ne sera jamais figura, mais face à ce toro, il trouve le sitio, le rythme, laisse venir, absorbe la charge, donne au toro toutes ses capacités, sans le brusquer.

Cobradiezmo, (retenez ce nom) va faire chavirer le temple des figuras et de leurs toritos faire valoirs.

Ce Victorino lèche le sable des deux bords.

Escribano met l’animal en valeur sans s’effacer totalement.

L’arène se couvre de mouchoirs blancs, une fleur orange éclot entre les mains du président, Cobradiezmo reverra les pâturages de Las Tiesas.

Victorino et sa fille tombent dans les bras l’un de l’autre.

Séville luit dans le soir, et bruit de cette rumeur qui court jusque Espartinas.

On a gracié un Victorino.

 

CHF