1 contribution / 0 nouveau(x)
COMME DE JUSTE.....

Ce Solécisme est donc une expression qui va à l'encontre de la Syntaxe mais pas de la forme....dit comme celà, ça fait savant...Emilio de Justo est un torero de France, voire du Sud Ouest. Il a reçu beaucoup de soutiens dans la région, et il a su montrer ses qualités avec une capacité à lier les passes, un rythme à lui et un courage à toute épreuve.

Le un contre six fait beaucoup parler dans le landerneau Dacquois. Tiendra, tiendra pas, est la première question que tout le monde se pose. Un, un contre six est une épreuve difficile, physiquement d'abord, il suffit de voir comment par le passé sont sortis totalement rincés les toreros les plus aguerris. A part l'extra terrestre José Tomas, Juan Bautista ou Sebastien Castella, j'ai vu Manzanares se faire sécher à Séville et le regretté Yvan Fandino dans son inoubliable et somptueux fracaso de Madrid, j'ai vu aussi Robleno dans une épique course d'Escolar Gil, sans répit et sans concession...probablement pour moi, cette dernière a été la plus impressionnante de par les toros, tous plus durs et beaux les uns que les autres, et Robleno qui sembla marcher sur l'eau ce jour là. Je précise ne m'être pas rendu à Nîmes pour le solo de José Tomas (ce que, dans le fond, je ne regrette pas..ou plus) .

Isabelle Guérin, danseuse étoile à l'opéra de Paris m'avait invité à voir la dernière de la bayadère qu'elle dansait avec Noureev, et je me souviens son visage, les pieds gonflés, le souffle court et la scène de l'opéra avec sa pente qu'il faut gravir...tout paraissait facile, tout était effort et souffrance et travail. J'ai vu dans les vestiaires et vécu cet état de fatigue proche de l'épuisement des matchs à trés haute intnsité comme l'on dit maintenant, j'ai aussi participé à des interventions chirurgicales (greffes coeur poumon par exemple) qui duraient dans les années 80 entre dix et quinze heures...les cernes, cet état proche de l'hébétude quand l'acte était terminé, et que le corps et l'esprit se relâchaient. Tous, toutes avaient en commun, le travail préparatoire, la densité nécessaire, le mental, et les capacités intactes qui seuls peuvent mener au bout de ces sortes d'exploit. Emilio de Justo sera-t-il prêt?  Fandino avait perdu une douzaine de kilos, José tomas avait choisi sa cuadrilla (les meilleurs au monde) et ses toros, Manzanares avait choisi Séville, Juan Bautista fait réaliser des mouchoirs blancs à son effigie en pochoir. Un, un contre six est un évènement rare et précieux menant à la gloire ou le fracaso...

Emilio a-t-il assez de courses à son actif, de recours physique, technique et moral ? Saura-t-il résister à la pression, à la fatigue, saura-t-il suffisament varier son jeu? et ce face aux adversaires du jour...car les circonstances sont particulières. En effet, Victorino Martin et ses toros qui ont mis le feu aux poudres à Mont de Marsan, entrainant les bouleversements que l'on sait, aura-t-il envoyé un lot digne de Dax et de l'évènement....il y aura-t-il un lot disparate, de déception, à la Montoise oserai-je dire? Quels auront été les critères proposés par le cahier des charges Dacquois, la Noblesse avant la bravoure, l'inverse...aura-t-on ménagé le matador avec un tri sélectif comme je le nomme soit deux, deux et deux...entendez deux sardines, deux noblons et deux Braves...? Que seront les autres tercio que les faenas...Emilio saura-t-il mettre ses toros en valeur....il y aura-t-il un immense toro (pas un indulté de troisième tiers)...bref l'évènement en sera-t-il un? Les toros sont arrivés en retard...on en saura beaucoup plus....j'espère que cette course fera parler d'elle et n'aura pas été juste un immense espoir pour le torero, le ganadero, et les organisateurs, car nous, aficionados, traitons ces évènements comme ils le doivent avec le plus grand sérieux, et l'envie de toucher l'exceptionnel (sic)

Les derniers feux, au rythme des Salsas, juste avant d'entrer dans l'automne, et Dimanche en fermeture une course prévue triomphale D'algarra pour Perera, Aguado, et Luque qui marche sur les eaux en ce moment..

Je souhaite un véritable triomphe à Emilio de Justo, que Samedi soir soit une immense fête, comme de Juste....

CHF