La Fédération des Clubs Taurins du Biterrois s’est réunie le mardi 6 septembre avec pour ordre du jour principal le bilan taurin de la Feria 2016, ainsi  que les attributions des différents prix de cette feria (triomphateur, meilleure faena, meilleur estocade, meilleur novillero en non piquée et en piquée, etc).

Pour cette occasion tous les clubs taurins étaient présents.

Les débats ont porté sur la participation des aficionados et du public en général, mais aussi sur la qualité des corridas présentées.

Bien que l’empresa de Béziers agisse à titre d’entreprise privée, il nous a semblé important que l’aficion, les clubs taurins, les «clients des arènes»  donnent au travers des clubs taurins du biterrois, leur position sur cette feria 2016. Cette position définie en commun par les membres de la fédération, se traduit par ce communiqué et par cette motion transmise à l’empresa et à la municipalité.

Au vu des résultats taurins de cette feria, tant en termes économiques qu’en termes de qualité des courses et particulièrement des élevages présentés, il en va de l’avenir de notre passion sur Béziers. Les anti-corrida n’auront  pas trop d’efforts à faire pour l’anéantir ainsi que notre tradition si les organisateurs de tous bords (empresa, municipalité, clubs, etc.) ne réagissent pas de concert.

Lors du vote de cette motion, tous les clubs, individuellement, ont voté pour, sans qu’il y ait une seule abstention, ou un seul vote contre.

La fédération a donc décidé de rendre publique cette position œcuménique des clubs du biterrois, assez rare pour être soulignée, mais qui témoigne des préoccupations fortes des aficionados :

Motion

 

Préambule :

Dans sa délibération, la fédération et ses adhérents clubs taurins tirent la sonnette d’alarme sur les spectacles taurins présentés sur Béziers depuis quelques années.

En effet depuis 3 à 4 ans les spectateurs sont en forte baisse dans les arènes : -5% il y a 3 ans, -10% il y a 2ans, -15% l’an passé, – 25% cette année. La cause et les raisons ne peuvent pas être seulement contenues dans le seul fait, «qui va bien à beaucoup» : le terrorisme. Dans les mêmes conditions,  d’autres arènes  ne subissent pas cette baisse : Dax, Vic, Bayonne, …

Pour les clubs taurins et la fédération la seule cause du terrorisme ne peut justifier la perte des 40 à 50% des spectateurs en 3 ans. Bien sûr le terrorisme est un des facteurs forts, mais pas le seul.

Les difficultés économiques en sont un autre et la question de la qualité des spectacles est encore un autre facteur.

Les arènes de Béziers sont parmi les plus chères de France dans sa catégorie : 37 € une générale au dernier rang, et 100 € aux huit premiers rangs,  ces prix limitent considérablement l’entrée à un spectacle à l’origine très populaire.

Le budget sur 4 jours de feria pour une famille devient vite prohibitif et réservé à des portefeuilles conséquents.

Les élevages, depuis 4 à 5 ans, ont peu évolué à Béziers et d’une année sur l’autre on retrouve des cartels sans surprise sur les affiches, mais sans surprise aussi dans le ruedo des arènes. Il n’y pas de place à la nouveauté, à la surprise, à la recherche créative, à l’émotion.

Depuis quelques années la CTEM insiste sur le changement d’élevage au moins, et sur la  qualité générale de la feria.

Nos remarques portent également sur la communication, qui est restreinte et non adaptée à la vie actuelle, en tout cas à ce qui se fait dans les arènes de même catégorie :

pas de mail adressés au clubs, pas de mail aux aficionados, en deux mots pas de liens attractifs.

pas d’affiches non plus dans la ville (massivement), pas d’affiches dans les clubs, pas d’affiches dans nos villages.

Pourtant les exemples sont là : Dax, Nîmes, Arles, Alès etc., qui communiquent régulièrement avec leurs abonnés, avec les clubs, avec les aficionados.

On ne peut pas élaborer et équilibrer un bilan seulement en augmentant chaque année le prix des places. Idem on peut aussi réfléchir à une attractivité, intégrant d’autres facteurs, en particulier les élevages, les prix, la nouveauté.

Avec tout le respect que nous avons  pour l’empresa, qui aide aussi la tauromachie au travers de l’école ou les novilladas non piquées du matin, avec tout le respect pour la municipalité, qui supporte cette délégation de service, qu’elle ne peut donc pas maitriser, nous devons réagir : tel est seul but taurin, et plein d’aficion de cette motion :

1/ que l’on révise la qualité des spectacles en particulier pour les élevages, en créant de la nouveauté et de la créativité.

2/ revoir et analyser les tarifs en les positionnant dans la moyenne des prix d’entrée des arènes de 1ère catégorie. Prévoir des promotions et remises. Aussi donner plus d’importance au Tendido Jeune, même s’il coûte un peu d’argent.

3/ réajuster une communication, se reposant sur les abonnements, sur les aficionados, sur les clubs; en fait, une communication moderne, actuelle  de proximité de l’aficionado.

Telles sont les quelques remarques que nous souhaitons faire connaître aux protagonistes de la FIESTA BRAVA dans notre ville.

Nous les faisons en toute humilité, avec notre cœur et notre passion intacte, en espérant être écoutés, entendus et compris.

La Fédération des Clubs Taurins du Biterrois a voté à l’unanimité des clubs dans sa délibération de 6 septembre 2016