1 contribution / 0 nouveau(x)
Concha Y Sierra

 

Jean-Luc est heureux, c'est ainsi quand un ganadero sort un bon toro.

Jean-Luc le sait, les occasions de lidier en Espagne sont plutôt rares pour un éleveur Français et le one shot d'une concours est encore pire, car l'exemplaire sorti se doit aussi de l'être, je veux dire exemplaire.

Au delà des succès Alésiens, ou la dernière corrida d'Aignan, et le grand succès d'Orthez, la Ganaderia aux deux fers Mythiques continue sont long et lent travail de sélection, et de rafraichissement du sang...c'est une course contre la montre dont les aiguilles sont les saisons qui s'écoulent, au fur et à mesure des naissances.

La dernière tienta de macho à laquelle il m'ait été donné d'assister dans l'élevage avait vu Chacon, travailler à la branche des vaches increvables, mais aussi un tas de torero locaux venir travailler les vaches, Sébastien Castella ou encore Juan Bautista viennent aussi tienter du Curé, ou celles de Concha.

La vente de vaches à l'écarteur Champion de France Mahieu Nogues qui élève du bétail dans les Landes a fait couler pas mal de salive ces vaches étant destinées à la Course Landaise (un peu comme on cède des toros des rues) .

Le marché est chiche, surtout le marché Francais qui mis à part quelques arènes ne produit que du vrai faux toriste.

La concours de Vic avait été triste pour le Cura sorti et dont on voyait bien qu'il n'était pas dans son assiette. Après autopsie de l'animal, les blessures internes dues à quelque bagarre au campo avait dminué ce toro laissant un goût amer d'inachevé et de doute chez l'éleveur, mais aussi les organisateurs et le public Vicois. Verdict, l'élevage n'est pas prêt....pourtant à Orthez le lot de Cura avait fait vibrer l'aficion, mais Vic c'est Vic.

Un éleveur se doit d'être humble, et lui seul sait le travail engagé derrière, alors présenter un toro ou trois ou six est toujours une gageure.

L'Espagne en tauromachie reste l'Espagne, et la présence d'un Concha Y Sierra dans une concours demeure  un évènement majuscule pour tous les aficionados quels qu'ils soient.

Bandolero III sorti en quatrième entre Saltillo Miura, carriquiri, Murteira Grave et Pablo Mayoral s'est comporté dignement. N'est pas sorti vainqueur, mais a été trois fois à la pique avec Alegria y compris sur la trosième qui le vit partir d'au delà des limites tracées au sol. Il fut d'une grande mobilité refermant le mufle en cours de faena, et actif sur les deux cornes. Lopez Chaves en grand pro lui donna les bonnes sorties et le toro alla à mas jusqu'au bout, perdant le seul pavillon de la tarde, ce qui est un honneur dans une concours. C'est pour celà que les vedettes d'avant aimaient cet élevage avant l'aseptisation que vous savez.

Voilà de quoi rassurer sur les choix et le travail réalisé

Revenu sur le plateau de Valverde ou paissent en coeur Cura Y Concha Jean Luc Savoure, mais il sait aussi que rien n'est acquis et que le téléphone posé devant lui ne sonnera peut être pas tout de suite. Mais il me plait à penser qu'un jour (et sans être injurieux pour toutes les arènes qui présentent ce bétail actuellement) ces toros pourraient sortir régulièrement à Bayonne, Dax, Mont de Marsan, et bien sur Arles et Nîmes.....les férias majeures et celles plus ciblées que sont Vic et Céret Par exemple....ça aurait de la gueule, même si nul n'est prophète en son pays...

CHF