Quelques regards sur la Feria Pascale d'Arles 2006

Samedi 15 avril après midi, corrida. ¡ Que petardo !

....

.........Toros de Bañuelos pour Morante de la Puebla, Juan Bautista, Salvador Cortes.

.........Les toros de Bañuelos étaient assez bien présentés mais avec des armures qui n'étaient pas terrifiantes. Ils se comportèrent de manière honorable à la pique. Le quatrième, après en avoir pris deux en brave, semblait prometteur mais il devait rester inédit, étant inexplicablement changé au sortir de la deuxième recontre par un Alcurrucen. .........A part le premier, peut-être, nous allons y revenir, et le cinquième, pour Jean-Baptise, qui s'éteignit au 3ème tiers, les autres Bañuelos, était nobles et mobiles. Ils n'étaient pas extraordinaires mais auraient pu être mieux utilisés. Le désastre de cette corrida n'est pas à imputer au bétail.

.........Le premier taureau, donc, après une pique décochée au picador de réserve qu'il fit chuter, en prit une deuxième trop longe où il s'employa très fort et dont il ressortit la tête haute et quelque peu chercheuse. Peut être que s'il était tombé sur un torero déterminé, ce petit défaut aurait pu être corrigé et nous aurions assisté à du bon travail. Mais devant, il n'y avait que Morante. .........Morante qui s'était contenté de toréer vaguement de cape sur le passage alors que Jean-Baptiste nous gratifia d'un beau quite par navarraises. .........A la muleta Morante abrège sans ne rien tenter et conclue d'un pinchazo suivi d'une estocade profonde. .........Sifflets nourris !

.........Le quatrième fut changé par un Alcurrucen castaño, cornicorte et brocho. Il est un peu fuyard et Morante se garde bien d'essayer de le fixer. Il prend une première pique dont il sort seul et une deuxième au cours de laquelle il s'emploie longuement tant qu'il peut, ce qui permet un assassinat en règle dont il sort pétrifié. .........Morante les trastos en main se place devant lui, l'observe immobile durant 5 à 6 secondes au cours desquelles il semble se pétrifier à son tour, puis sort de sa torpeur pour aller chercher l'épée de mort : trois pinchazos, une demie à bout de bras, descabello au deuxième essai. .........Bronca majuscule !

.........Jean-Baptiste devait réaliser ce que nous avons vu de mieux ou, au moins, de plus volontaire dans l'après midi. Il hérite du 2ème taureau castaño, un peu trop gras, qu'il reçoit bien à la cape. Bonne poussée sur une excellente pique administrée par Jacques Monnier applaudi. A la sortie, l'animal fléchit sur ses antérieurs. .........Brindis au public. .........Séries de beaux derechazos bien "templés". C'est un peu mois évident à gauche, le torero sort bousculé. Manoletinas un peu chiffonnées. Entière superbe dans tout le haut. Le descabello au deuxième essai fait perdre une oreille qui n'aurait pas été illogique. .........Salut au tiers.

.........Jean-Baptiste accueille le 5ème par véroniques en delental paraphées par la demie. Le taureau secoue le cheval sur la première pique pour aller prendre la seconde au picador de réserve ce qui est fréquent à Arles où les picadors sont placés de manière inconséquente. Il supporte encore une troisième pique, peut-être de trop. .........Faena qu va a menos et au cours de laquelle Jean-Baptiste semble rechercher constamment son sitio. Quelques bonnes naturelles puis le taureau raccourcit sa charge et s'arrête en suerte. .........Fin difficile. Estocade un peu tendue, descabello, applaudissements au taureau, salut au tiers.

.........Le 3ème taureau, et premier de Salvador Cortes, recharge sur la première pique et fait chanter les étriers sur la seconde. .........Bonne suerte de banderilles. .........Salvador Cortes après un début de faena où il est un peu débordé utilise la main gauche et ça va mieux. Au centre de l'arène il prend confiance court la main et "temple" mais sans véritable transmission. Une estocade contraire longue à faire effet, un avis, un descabello, applaudissements au taureau, salut au tiers.

.........Le dernier taureau subit une lidia catastrophique au cours du premier tiers. Il va chercher la première pique au picador de réserve puis, après divers errements laborieux, une deuxième où il fallait. .........Début de faena précautionneux puis Cortes administre quelques derechazos "templés", des naturelles en courant la main, mais le tout sur un ton monocorde et froid. Une demie tendue, un avis, un descabello. .........Quelques applaudissements étriqués au torero.

.........Voir le reportage vidéo de Jérôme Zucarelli pour Corrida Tv

.........Remarques :

.........Interrogé après la course sur la raison qui l'avait conduit à changer le 2ème taureau de Morante, le Président a indiqué qu'il avait pensé qu'en offrant un Alcurrucen à un Morante jusque là fort apathique, il pouvait relancer la tarde ! .........Comme nous sommes sûrs que Morante ne lui avait rien demandé, pouvons-nous en conclure que le Président en a décidé ainsi tout seul ? ........ Dans tous les cas, cette initiative a fait long feu puisque d'après l'un de ses thuriféraires, Morante aurait déclaré que si le premier taureau ne lui avait pas plu, il n'appréciait pas que son second ait été changé sans raison et qu'il se trouvait dans son bon droit en ne voulant pas toréer un remplaçant qui ne lui était pas initialement destiné ! .........Devant cette série de loupés en cascade, personne n'a encore formulé l'argument dont se prévaudraient les spectateurs qui, constatant que l'on s'est moqué d'eux complètement et s'estimant eux aussi dans leur bon droit, demanderaient le remboursement de leur place.

.........D'autre part, des commentateurs patentés, et qui ne voient les corridas qu'à travers le gros bout de leur lorgnette médiatique, s'avouent tout à fait désolés quand ils considèrent que David Pujadas, invité à assister à cette corrida, a été témoin de la déroute de Morante. .........Ça ne nous parait pas catastrophique : .........D'abord, Mr Pujadas, qui n'a pas payé sa place, serait mal venu de se plaindre. .........Ensuite, quand il s'agit d'initier quelqu'un à la corrida, on l'amène devant des véritables taureaux, Victorinos, Cebada Gago, Yonnet, Palhas (si intégralement encornés)... mis en présence de véritables lidiadores, El Fundi, Encabo, Denis Loré, Ramos, Padilla... et sans l'avoir assuré au préalable qu'il allait voir de prodigieuses merveilles ! Au moins, si ça se passe mal le cathécumène risque de comprendre pourquoi. .........Enfin et surtout, nous ne pensons pas que l'opinion de Mr Pujadas, bonne ou mauvaise, puisse changer la face du mundillo. .........De son opinion, d'ailleurs, les aficionados se soucient comme d'une guigne !