« N'oublions pas que l'arène est un théâtre où l'on meurt pour de vrai »

6 taureaux de Baltazar Iban relativement bien présentés, quoique inégaux ; certains avaient de bonnes armures les 3,5,6. Intéressants les trois mêmes et acceptables les trois autres. Relativement braves certains ont pris les piques de loin dans un bon style mais sans trop pousser et souvent traseras.

Le 1 pour Ivan Fandiño est reçu par véroniques et demie, il prend deux piques moyennes en sortant seul. Quite de Thomas Dufau. Brindis au public. Une faena de lutte lui est donnée par doblones suivis de deux séries de derechazos et pecho avant une série de naturelles et pecho. Puis deux autres séries sur chaque main et des manoletinas précèdent la mort d'une épée entière. Oreille.

Le 2 pour Thomas Dufau est reçu par véroniques et demie, il prend deux piques légères. Quite de Juan del Alamo de trois véroniques serrées conclues pat une demie. La pose des trois paires de banderilles est quelconque. La faena est débutée par trois cambiadas au centre de la piste avant des séries de derechazos et naturelles. Le taureau se raccourcit et permettra peu. Une entière trasera et plate. Trois descabellos. Applaudissements.

Le 3 pour Juan del Alamo sort avec beaucoup de gaz, il porte le numéro 53, né en mars 2013 et se nomme « PROVECHITO ». Il entre dans la cape de del Alamo pour des véroniques et une demie. Il sort seul de la première pique, la seconde étant moyenne. Ivan Fandiño va au quite et c'est là que survient l'accident. Le taureau bouscule le torero qui se prend les pieds dans sa cape, trébuche, va au sol et fait un roulé-boulé pour s'en sortir. Le taureau le suit et au sol lui plante sa corne sous la chaquetilla, le soulève et le secoue. Le torero met sa main sous ses côtes et là on devine que les dégâts peuvent être importants. Péons et toreros soulèvent le blessé et l'amènent vers l'infirmerie. Grand moment d'émotion et interrogation sur l'importance de la blessure. Le tercio de banderilles est mouvementé, le taureau poursuivant le banderillero qui sera blessé en entrant au burladero.

Brindis au public par Juan del Alamo qui engage la faena avec rage et détermination. Le travail sera de bonne facture et très bien dessiné avec des séries de derechazos et de naturelles très bien réalisées.Le taureau fait preuve de beaucoup de présence en piste. Las une entière trop plate et trasera sera suivie de trois descabellos. La vuelta au torero sera très fêtée.

Le 4, est le deuxième taureau de Thomas Dufau, il prend deux piques. Banderilles moyennes. La faena est débutée prudemment et sera de passes isolées avec des postures plutôt rigides (on sent que le cœur n'y est pas).Pinchazos et entière trasera avant trois descabellos. Silence.

Compte tenu des circonstances l'ordre de sortie des taureaux est aménagé.

Le 5, le second de Juan del Alamo sort avec beaucoup de gaz. Deux piques traseras et poussées avant que les banderilles ne soient posées comme on peut. Brindis à tous. La faena va être conduite avec justesse et autorité. Les séries de derechazos et de naturelles vont se succéder avant trois manoletinas pour conclure. Une entière et une oreille fêtée.

Le 6, le deuxième de Fandiño, sera combattu par Thomas Dufau. Buraco et long le taureau est reçu de manière quelconque. Une pique en venant de loin et une seconde plus légère. Enfin trois bonnes paires de palos dont une, la deuxième supérieure posée par Manolo de los Reyes et la troisième très bien plantée par Morenito d'Arles. La faena décousue sur les deux cornes se termine par une estocade déterminante au troisième assaut. Applaudissements polis.

Le prix de la meilleure pique est attribué à Rafaël Agudo de la cuadrilla de Fandiño avant la sortie ovationnée pour la cuadrilla de Fandiño. Applaudissements pour Thomas Dufau et ovation pour Juan del Alamo.

Les nouvelles du soir sont dramatiques, il y a des jours qui, pour nous aficionados, sont vraiment cruels. Maestro, vous resterez à jamais gravé dans nos mémoires vous qui avez donné de grandes tardes par votre présence et votre autorité, des moments de domination avec ce toreo si puissant qui était le vôtre. Vous nous manquerez et où que vous soyez, sachez que vous serez dans nos cœurs et nos pensées. Au revoir maestro.