Bonne première corrida de la saison et succès pour les organisateurs comme en témoignent les presque mille repas servis à midi dans la halle attenante aux arènes. Cette très belle placita couverte est presque pleine l'après-midi pour abriter le public, laissant dehors sous la pluie une dizaine d'antis.

Les pensionnaires de Fernando Peña Catalán, d'armures commodes, furent tous toréables avec un fond de caste intéressant (origine Manolo González et Torrestrella). Trop lourds pour un lot de début de saison, âgés de 4 ans à 4 ans et demi, ils furent juste de force et seul le sixième prit deux piques.

CURRO DIAZ servit une faena presque exclusivement gauchère et marginale à son premier tué d'une estocade basse – silence.

Il ne réussit pas à s'accorder avec son second, un très beau colorado, craint de sa cuadrilla, auquel il se contenta de donner des demi-passes conclues par une demi-épée et une multitude de descabellos - silence poli.

THOMAS DUFAU vit son premier toro, rendu invalide après avoir tapé conte un burladero. “Puntillé” en piste, il fut remplacé par un sobrero du même fer. Quelques derechazos et quelques adornos conclurent une faena sans profondeur. Apres un avis, une épée et un descabello la présidence octroya une oreille protestée par le public et vite jetée par le récipiendaire.

Son second, le plus lourd et peut être le meilleur du lot, ne put s'exprimer en raison de la perte d'un onglon. Il ne permit pas au torero de briller, une bonne épée après un avis – silence.

DANIEL LUQUE fut le triomphateur de la journée, montrant envie et dominio. À son premier après une entame par doblones allurés et des bonnes séries des deux mains, il termine sa faena par des luquesinas qui portent sur le public. Après un avis, deux épées et deux descabellos, il obtient une oreille méritée.

Il récidive à son second avec une faena de très bonne facture terminée par des poncinas. Après un avis, il termine par une épée et un descabello lui permettant d'obtenir les deux oreilles.

Sa sortie en triomphe conclut un agréable après-midi de toros qui récompense les organisateurs.

Le matin, devant deux vaches du même fer (la deuxième très bonne), “El Adoureño” a montré un oficio de bon aloi pour la suite de sa saison.

 

                                                                                     Philippe de Graeve