Diego Ventura et Léa Vicens ouvrent la porte des Consuls

 

Photo Daniel Chicot - avec l'aimable autorisation de Paul Herme

Quatre oreilles et la queue pour Diego Ventura, trois oreilles pour Léa Vicens et deux oreilles pour Andy Cartagena, beau bilan pour cette corrida équestre qui a fait remplir les arènes de Nîmes en ce lundi de la Pentecôte ensoleillé mais avec toujours un ciel balayé par le vent. C’est quand même Diego Ventura qui se détache du tiercé  par, non seulement, une cavalerie exemplaire : Nazari, Milagra, Remate sortis pour son premier toro, et Sueno et surtout Detalle que le torero fit revenir en piste après avoir obtenu les trophées suprême au cinquième Bohorquez de la course qui fut d’ailleurs récompensé d’une vuelta posthume et ovationnée.

Un régal pour l’aficionado que de voir ces chevaux évoluer en piste, danser devant les cornes du toro, tournoyer,  s’arrêter, repartir à la moindre sollicitation du cavalier. Mais toujours dans le sens de la course, pour la course, le combat, sans pirouettes inutiles, sans dressage de cirque. Et puis quelle beauté ! Quelle prestance ! De véritables toreros…

Diego avait déjà sorti le grand jeu face au 2e Bohorquez de la course, plutôt fuyard, qu’il mit du temps à cadrer avant de placer la farpas. C’était un peu le maillon faible de ce lot  mais qui, une fois résolu, a donné du jeu et permis bien des choses aux candidats. On a reconnu là des poses de banderille « à l’ancienne », c’est-à-dire quand le toro est perpendiculaire au cheval, « à l’étrier » aurait dit Angel Peralta et le magnifique Remate, à la robe Isabelle pour les banderilles courtes. L’estocade fut concluante et les deux premières oreilles accordées.

Andy Cartagena aurait pu lui aussi franchir la porte des Consuls mais à son premier, l’estocade et le descabello lui ont enlevé l’avantage même s’il a coupé 2 oreilles au quatrième. Lui aussi a une cavalerie haut de gamme mais il n’a pas pris le soin de faire annoncer le nom de ses chevaux, notamment ce grand cheval noir utilisé  pour la pose des banderilles qu’il fait cabrer et avancer sur ses deux pattes sur toute la moitié de la piste. Cette fois-ci l’estocade a été concluante et c’est avec deux oreilles que le rejoneador fit le tour de piste. Un tour de piste fort acclamé.

Et puis il y a cette Nîmoise qui se frotte à cette élite de jinetes, sans complexe, avec sans doute un peu de tract, de retenue dans son souci de bien faire. Son premier adversaire ne fut pas facile, refusant de charger, manquant de force, tout le temps sur la réserve. Difficile de faire mieux, il aurait, peut-être fallu plus d’audace. Mais ces difficultés ont été prises en compte quand après l’estocade et le descabello, l’oreille lui fut accordée.

Bach, Betico, Desafio, Jazmin et Espontaneo sont sortis en piste pour ce premier combat. Au sixième Betico, Gacela et Bazuca ont complété la cavalerie de Léa. C’est sur Bazuca d’ailleurs que la cavalière a chuté après une tentative de pirouette. Elle s’est retrouvé dos au toro qui l’a renversé mais sans gravité. Séquence émotion !

Remise de suite en selle, Léa Vicens  a été quelque peu déconcentrée et ses poses au quiebro ont manqué d’assurance. Toutefois c’est avec deux autres oreilles que la cavalière sortit par la grande porte avec Diego Ventura tandis qu’Andy  Cartagena s’éloignait par celle des cuadrilla.

Paul Bosc