1 contribution / 0 nouveau(x)
CQFD

EIGER

L’ogre, aucun alpiniste jamais n’attaque la face Nord de l’Eiger sans une appréhension bien légitime. Ce mythique sommet des Alpes Bernoises trimballe son lot de succès et ses échecs retentissants, dont nombreux se sont soldés par une mort dramatique. Il a même été interdit par les autorités car juge par trop dangereux pour la jeunesse qui venait la dans le but d’y affronter ses peurs, son destin et sa propre histoire personnelle.

Il faut avoir été au pied de ce monument de l’alpinisme afin de se rendre compte de la gageure qu’en est son ascension. La masse de rocs et de glace, les à-pics terribles et la sensation de noirceur de cette face toujours dans l’ombre obligent a du métier, de l’entrainement, et une volonté farouche et sans faille d’affronter la douleur, la difficulté et voir sa propre mort en face.

J’ai trouve totalement injustifiés les propos traitant de Parentis et les agressions écrites qui ont suivi la feria de cette année. Non pas sur le fond, mais sur la forme. Cela me rappelle le type a Béziers qui ne rêvait que de vedettes et qui le jour ou Espla avait tue un Miura de la pire espèce, blessé à l’abdomen (plèvre déchirée par la corne) était tombé en même temps que son toro, occis d’une épée magistrale, le type donc m’avait regardé et demandé d’un air agressif : c’est ça que vous voulez voir ? En tous cas c’étaient les autres courses que je ne voulais plus voir…des toros la langue pendante, tête baissée a la première monopuya appliquée sans aucune réaction de l’animal, qui tournait en rond aussi stupidement qu’un chien-chien a mémère Bardot suivrait un os au bout d’une ficelle…entre la naïveté et la connerie il n’y a qu’un sabot…

Parentis a pris l’option toriste, et se fend de sortir des lots hors du commun dont la bravoure des novillos domine de la tête au pied celle des fameux chienchiens a nonosse dont je parlais plus avant.

Les novilleros qui se présentent devant, bizarrement, ne sont jamais ceux que l’on voit triompher partout dans le coin, avec du bétail déjà insipide, et une tauromachie qui l’est tout autant…non, la, ce sont de jeunes gens presque inconnus…alors oui, ils hésitent, oui ils ont peur et oui ils risquent leur vie a force de non qualitatif…est-ce une raison pour tomber sur l’organisation de cette manière ?

Je ne vois pas (ne lis pas) les mêmes questionnements, quand des arènes plus cotées nous livrent une pitance fade et sans relief, ni même le quart de l’once d’agressivité qu’à l’égard des organisateurs de Parentis alors que certaines places fortes de la tauromachie ronronnent dans leurs savates éculées des mêmes élevages pour même toreros ou novilleros protégés.

Dans la même veine, on a vu le petit Leal et Le petit Thomas Joubert se faire emporter par la corne avec des blessures graves aux jambes. Loin des caricatures ces deux la se jouent la peau. Même profil d’affames ayant tout a prouver, et mettant tout ce qu’ils savent et parfois le bagage est mince mais avec un cœur énorme au milieu…on peut tout leur reprocher bien sûr, mais pas le fait qu’ils aient du courage, proche parfois de l’inconscience. Combien ont-ils de courses a leur actif ? deux ?? trois ?? cinq ?? En tous les cas ils montrent aux yeux de tous leur envie prêts a mourir pour elle…

Certes ceux qui gravissent les 1600 mètres lisses de glaces de roc et de pentes deversantes, de la face nord de l’Eiger, sont chevronnes ou chanceux, il n’empêche que ceux qui y meurent d’avoir essayé sans en avoir les réels moyens sont aussi a admirer pour leur témérité, parfois folle…

Vic, Céret, ceux qui de moins en moins nombreux s’acharnent a conserver le toro de respect dans leurs arènes méritent mieux que l’invective, au minimum notre soutien et sans doute des appuis plus sérieux de la part des professionnels. Parce que le public lui, pardonne toujours à ceux qui ne sont coupables que d’avoir essayé. Cette phrase était aussi dans la plaidoirie de l’immense alpiniste Lionel Terray qui a permis de re ouvrir la fameuse face nord de l’Eiger.

Et pour conclure, je préfère le Fracaso magnifique du regretté Fandino aux sorties triomphales aux épaules de la tauromachie somnifère…ET les toreros de verdad aux figuras de verre….CQFD.

CHF