Nous savons que Christian Lamoulie, pur aficionado et talentueux photographe, croit au potentiel du jeune novillero de Jerez, Cristobal Reyes et s'applique généreusement à le faire connaître en France.

Il  a accompagné les photos qu'il vient de nous adresser de ce commentaire : À Riscle, le 4 août 2018, malgré deux percances … ce garçon a torée de manière magistrale … surtout son second novillo malgré ses blessures. La jambe en avant de frente … tout ce qui fait pour moi la tauromachie … 

À l'appui de son point de vue, nous relevons deux appréciations élogieuses : 

Novillada de Raso de Portllo du 1er juillet 2018 à Boujan, commentaire de Thierry Reboul sur "Corrida France", Cristobal Reyes face au 6ème novillo : ... Le toro est noble et va permettre à Cristobal Reyes de faire une démonstration de sa toreria. Le novillero enchaîne de bonnes séries des deux mains, toréant avec finesse et élégance. Il y a encore quelques scories, mais que de progrès depuis la dernière apparition de ce torero en France à Rion des Landes. Cristobal tue d’un recibir sur une arrancade du toro. Il coupe une oreille largement méritée, comme il mérite d’être revu dans nos arènes. De là à inviter mayoral et piquero à l’accompagner dans sa vuelta, on mettra cette exagération sous le coup de l’euphorie et à la libération du stress accumulé par un torero qui jouait gros cette après-midi à Boujan. Je ne sais pas sur quel compte mettre la vuelta généreuse accordée au toro.

Ce qu'écrit Jean-Michel Dussol, dans sa reseña de "Torobravo" sur cette novillada du 4 août à Riscle : ... Cristobal Reyes, c’est une belle surprise, certes avec, dirons certains, le meilleur utrero du lot. Nous en convenons, un excellent novillo mais le novillero de Jerez de la Frontera Cristobal Reyes fit découvrir un torero que l’on n’imaginait pas. Beaucoup de style à gauche où il demeurera l’essentiel de sa faena. Une muleta très basse, des changements de mains, des moments d’excellence et des gestes de torero confirmé. Un immense Cristobal Reyes qui sut profiter du meilleur novillo du lot de Philippe Cuillé. Alors qu’il avait un triomphe à la pointe de l’épée, l’acier lui joua un vilain tour. Blessé à la première rencontre, il fut hésitant par la suite… et en claudiquant il goûta les plaisirs d’une vuelta méritée. Tous ceux qui connaissent son histoire étaient au bord des larmes. Enfin il aurait pu conclure et il repart avec deux blessures dans cette profession où il n’y a que les oreilles qui comptent. Cristobal Reyes revenait dans l’arène de sa première novillada piquée. ...

Cliquer sur l'image ci-dessous pour faire défiler les photos de Christian Lamoulie :