4 contributions / 0 nouveau(x)
Dernière contribution
Désolant

DESOLANT

 

 

Consternation totale à la sortie des arènes du Pesqué hier soir à Orthez.

On peut l’avouer simplement il nous tardait que ça s’arrête.

Les toros portugais de Louro Fernandez Castro nous ont fatigués, un véritable fracaso.

Le public Orthézien est sympa, souvent.

Ce sont des aficionados qui connaissent la valeur de ce genre de journée, lorsque cela fonctionne ce peut être exceptionnel, lorsque cela “queute“ c’est souvent le lot, en totalité qui coule comme le font les grands tankers en haute mer.

On en venait presque à espérer que le dernier se blesse afin de nous donner l’occasion de voir le toro de Valdellan annoncé en réserve sur le papier.

Seul Perez Mota sorti un peu la tête hors de l’eau, par moments, sinon, rien ni personne, ni piquero ni quoi que ce soit ne put sauver l’après midi.

Seul bémol, le nombre incroyable de docteur Es tauromachie, qui ayant reçus leur brevet, dans les bouquins de Tio Pepe ou d’autres assènent des contre vérité des y’a ka fo kon qui me fatiguent.

Oui les lignes de piques peuvent être traversées, oui on peut descabeller un toro même si il a l’épée dans le morillo, et tant d’autres choses, ils en savent tant que je me demande pourquoi ils ne vont pas aider “en bas“.

En revanche les “conseils“ avisés empêchant les tricheurs, ou replaçant des péons situés en zones de détournement de charges et autres sont toujours les bienvenus..

Vicois, Montois, Cérétan les aficionados venus de partout se pourléchaient les babines, car des quatre Valdellan sortis le matin, le second avait été exceptionnel, un toro complet qui après trois châtiments, et des courses rectilignes emporta le jeune Tomas Angulo (lui brisant trois côtes au passage)

Ce jeune torero demeurant plutôt pas trop maladroit, et reste un bel espoir, mais qui manqua de recours face à une telle machine de guerre mais pas de courage puisqu’il sortit de l’infirmerie pour tuer son toro.

Ceci étant dit, ce ne sont pas les toreritos déjà protégés qui se signent et tombent à genoux en pleurs quand on leur propose ce genre de course, et vous font du bombage de poitrine au moindre Domecq Solis. (On m’a donné quelques noms dont certains trônent dans les callejons lunettes d’aviateurs sur le nez)

Grand Crédit au gamin.

Je vous le dis, si des toros de quatre ou cinq ans sortent comme ça, on devrait bientôt se régaler avec les Rehuelgas, le toro de Cuadri d’hier à Valence qui a été honoré

Car après Vic Fezensac et la novillada triomphale de l’an passé, celle de Orthez restera dans ma mémoire ne serait-ce que grâce au second de Valdellan.

Voilà, un salut amical à Alma Flamenca qui enchanta tout le monde lors de l’animation du repas du midi.

Seuls les toros n’étaient pas au rendez-vous.

Désolant

Mais on le sait ce genre de journée est un pari “laboratoire“, on jette une pièce en l’air si c’est pile ça marche, si c’est face ça ne marche pas.

Hier on n’a jamais pu retrouver la pièce.

CHF

désolant-S-!

Moi itou, j'ai rêvé qu'un Louro....se fracasse pour voir sortir le sobrerode VALDELLAN;

Hélas! Mille fois hélas!!! On a dû boire l'imbuvable jusqu'à la lie.

Avec Rafaelillo dépassé, qui n'a pas su entrevoir son premier toro, très fréquentable, plus Imanol qui commence un peu trop à nous la jouer bête de cirque, avec son numéro de banderillero réclamant les aplausos comme les cavaliers du rejon: rien à voir avec la lidia sérieuse, les banderilles n'ont jamais fait un bon matador.

Mais pas d'accord avec vous avec "le public orthézien: sympa, souvent". Pour ma part je le trouve chaque fois plus pueblerino, ici et ailleurs, à Hagetmau, Tyrosse, Roquefort, Garlin, même Parentis n'échappe pasà la règle, applaudissant les singeries et la pire tricherie,  beaucoup d'ivrognes équipés de bouteilles de vin qui brâillent et gueulent sans aucun respect pour les gens qui les entourent ni aucune préoccupation pour la corrida qu'ils sont  - en principe - venus voir , téléphonent à haute voix comme s'ils étaient seuls au monde pour échanger des inepties avec leurs correspondants probablement aussi malins ou aussi saouls qu'eux, se lèvent et vous bousculent sans un mot d'excuse, mais pas seulement, il y a aussi le public qui gobe l'infummable, de plus en plus gogo, hurlant "ta gueule" à l'aficionado averti qui intime au peon de rester à son sitio, et ce malgré  les tentatives louables de pédagogie éducative prodiguées çà et là, comme celle de l'ADAC, combien méritoire et opportune, avec sa plaquette et son "constat non amiable" dont devraient s'inspirer toutes les arènes.

Par exemple!

Je n'étais pas au repas animé par "Alma Flamenca", mais nous étions encore une fois une vingtaine d'amis aficionados venus de partout pour participer à notre tertulia pique-nique copieusement garni de spécialités gastronomiques et arrosé comme il se doit des meilleurs vins de nos régions.

Et à nous dire surtout que nous risquions à ce moment-là, après les VALDELLAN de la matinale, d'avoir vécu les meilleurs moments de notre journée orthézienne. Et nous ne nous étions hélas pas trompés.

sympa souvent

Oui Pedrito,

sympa souvent ...avec les toreros, éleveurs etc etc..

Nous sommes d'accords.

Les corridas commencent avec un quart d'heure de retard, on siffle à contresens, on applaudit aux ordres..et tout celà se liquéfie doucement, dans la monotonie ambiante.

Heureusement, les copains et les Valdellan..oui,(et les produits qui ne sont ni salades, ni graines...je présume).

CHF

De acuerdo total

De acuerdo total