1 contribution / 0 nouveau(x)
Devinette
Devinette 
 
Le soleil de printemps vient enfin d’ouvrir une plaie béante dans la masse grise et peau d’âne qui crayonne le ciel.
Les rayons, encore timides, irisent l’eau du bassin d’eau sale qu’un hiver trop long a brouillé.
 
Du coup je me sens un tantinet badin.
Comme souvent, devant le miroir qui me renvoie mon quotidien, serviette à la main j’esquisse une “trinchera“ après m’être consciencieusement essuyé le dos.
C’est fou ce que l’on peut toréer comme toros au sortir de la douche…
 
Je pense à lui, d’un coup. 
C’est là que m’est revenue en tête, toute la faena ou presque réalisée en naturelle, et la dernière série achevée par une “passe du mépris“ qui fit exploser le 7 et toute l’arène.
 
Il y a exactement vingt ans, c’était sa toute première “Puerta Grande“ dans la Mecque de l’aficion, La Ventas un jour de San Isidro……de celles qui vous ouvrent les portes des arènes, des grands hôtels, des livres d’or, et des chemises ou reposent les contrats de la, ou des  “temporada“ à suivre, n’attendant que les signatures au bas de la page.
 
Depuis, ce gamin est devenue une référence du toreo, une icône de la tauromachie mondiale, une star.
Il n’y en a pas tant.
 
Mais je n’en dirais pas plus aujourd’hui, ah si, il me semble si ma mémoire est bonne que les toros étaient D'Alcurrucen.
 
Allez, à vos carnets, vos claviers, vos mémoires.
Cherchez……
Réponse à venir ?
 
CHF