AIRE sur l’ADOUR – Dimanche 19 juin 2016

     Corrida de PALHA et de Juan Luis FRAILE pour Luis Miguel ENCABO (bleu clair à parements blancs et argent), Antonio João FERREIRA (écarlate et argent) et Alberto LAMELAS (bleu roi et or).

     De présentation, trapio et armures divers, ce lot composite évoquait les « fonds de tiroirs ». Beaucoup de faiblesse (assez surprenante) chez Fraile, des Palha plus durs et plus intéressants. Pour les toreros, le chef de lidia semblait préférer, tout compte fait, ne pas avoir été là, le 2ème, toréant très peu, se trouvait devant un obstacle bien difficile à négocier et le 3ème, le plus sérieux et le plus honnête, relevait de blessure …

1er(FRAILE) : un toro bien armé qui montre sa faiblesse dès la réception et prend passivement deux piques, la 1ère de côté, sortant à genoux et la seconde mieux placée. Un semblant de poursuite aux banderilles et nouvelle chute dès l’entame de la faena, qui se déroulera au centre, Encabo ne se forçant pas trop et ne forçant pas non plus son adversaire, là par nécessité. A relever un bref passage à gauche en se croisant et le peu de chose montrée se dilue encore, l’animal devenant tardo. Deux pinchazos bas portés fort prudemment, un 3ème mieux placé et (à peu près) sept descabellos sans grand engagement là non plus. Quelques sifflets polis.

2ème (PALHA) : massif et cornicorto, donc pas très beau, reçu par véroniques genou ployé. Une pique en place appuyée, une autre en arrière et rectifiée et une 3ème pour la forme, avec chute du toro sous le cheval. Et nous avons droit au 1er tercio de banderilles limité à deux paires (bientôt, sera-ce une seule, comme LA pique dans nombre d’arènes ?). Nouveaux agenouillements, cette fois quasiment à chaque passe, Ferreira faisant ce qu’il peut et finissant désarmé mais concluant d’une grande entière jusqu’à la garde. Longue résistance avant la mort et applaudissements aux deux protagonistes.

3ème (FRAILE) : un toro fin, armé brocho, coureur, qui chute après la 2ème (légère) pique, n’arrive pas à se relever et est changé pour un Fraile (ou un Palha ? moment d’inattention …) armé large et acapachado. Il entre violemment dans le peto, pousse puis sort seul ; il prend une 2ème pique appuyée et, alors qu’il était placé au centre et que nous attendions la 3ème, surprise avec quite d’Encabo par chicuelinas auquel Lamelas répond par frente por detràs ! Nouvelle interruption à deux paires de banderilles après poursuites irrégulières. A la muleta, Lamelas commence par un cite de vingt mètres mais, très vite, son opposant s’éteint puis fait semblant de se ranimer ; l’homme arrache les passes et insiste bien assez avant de conclure par deux tiers de lame en avant et descabello. Avis à 11 minutes et salut aux tiers.

4ème(PALHA) : negro liston armé veleto et astifino, qui arrive en fusée sur le cheval, surprenant le picador qui pique après contact. Le cavalier répond par un geste élégant à une insulte tout aussi élégante venant de l’opposé des gradins puis se venge sur le toro avec une grosse pique en arrière et pompée et une 3ème de côté, elle aussi pompée, Encabo dirigeant les opérations à une bonne vingtaine de mètres. La comédie continue aux banderilles par un rappel des peones déjà partis en piste avec les harpons pour deux paires à cornes passées et une plus correcte, l’animal suivant en accélérant à la 2ème. Poursuite logique du (mauvais) vaudeville par un brindis au public. Après des doblones, l’homme se montre prudent, surtout à gauche, face à un opposant mobile, même rapide et surtout violent dans sa muleta. Pour moi, cette faena aura sacrifié la domination à la précipitation. Nouvelle mise à mort laborieuse avec quart de lame dans l’épaule, pinchazo en avant, ¾ de lame horizontale et descabello. Silence pour l’homme et applaudissements bien discrets à l’arrastre.

5ème (FRAILE) : autre faiblard de beau trapio qui fuit les capes et surprend Gabin Rehabi, renversant cheval et cavalier et s’acharnant longuement sur l’animal à terre. 2ème pique avec chute au contact. Deux paires de banderilles et une autre chute plus tard, le toro, malgré ses fléchissements répétés, pèse sur Ferreira et lui fait parcourir plus de chemin qu’il n’en parcourt lui-même. Mete y saca dans l’épaule, bajonazo appaudi et, pour compléter le tableau, 10 mn 40 sans avis.                    

6ème(PALHA) : lourd playero bizco reçu par des véroniques distantes, qui pousse sous une pique appuyée en carioca puis reste passif à la 2ème. Lamelas se retrouve face à un toro violent et coriace qui l’oblige à reculer et le désarme à deux reprises ; peut-être ne baisse-t-il pas assez la main, peut-être manque-t-il une 3ème pique, toujours est-il que ça bagarre méchamment en piste. Demi-lame et quatre descabellos avec avis à 11 minutes et à 14 minutes passées, le toro tombant juste avant les 16 minutes … Silence pour le matador et arrastre applaudi du bout des doigts.

Présidence laxiste d’Antoine Hidalgo, aux ordres des hommes en piste et en retard pour sonner (et aussi pour ne pas sonner) les avis.

Prix au meilleur tercio de piques logiquement non attribué.