Dimanche 20 juin, corrida de Baltasar Ibán à Aire sur l'Adour

Pour cette corrida des fêtes, l’empresa Caltoro avait choisi de reconduire les Baltasar Ibán déjà présents dans ce ruedo l’an dernier. Bien carrossés, ils avaient été mobiles mais avec un fond de faiblesse. Les novillos du même fer, programmés lors de la novillada de Saint-Perdon délocalisée à Mont de Marsan, avaient été séduisants fin août dernier. Aujourd’hui avec un an de plus, les grands frères ont donnés plus ou moins de satisfaction. Correctement présentés, ils se sont montrés bravito en deux piques données avec plus ou moins honnêteté de la part des cavaliers. A la muleta, il y avait de quoi faire mais les trois piétons, Uceda Leal, Javier Valverde et Julien Milleto sont restés en dessous de leurs adversaires.

Le premier de l’envoi, Provechoso, né en novembre 2005, jette les antérieurs sur les deux bords à la cape, puis montre quelques signes de faiblesse. Sous le fer, l’animal pousse deux fois sans mettre les reins. Il ne sort pas seul mais affaibli. Peu mobile lors du deuxième tiers, il arrive finalement sans force à la muleta où rapidement il se dégonfle. Uceda Leal profilé ne peut rien servir de bien à ce tardo. Il le plie au troisième envoi d’une entière delantera. Silence.

Peluquito sort en deuxième position. Réservé au capote, il accuse ses « presque » 5 ans et demi. La première puya est longue et bien trasera. Le cornu reçoit une seconde ration mais son ardeur baisse. Valverde débute la faena à droite mais se fait vite désarmé. Il reste distant face à cet adversaire malgré quelques droitières qui plaisent. Un bajonazo adroit couche rapidement le bicho. Salut après une pétition minoritaire.

Gallito se montre vif et rapide à la sortie du toril puis dominant face à Miletto. Il pousse bien sous la première longue rencontre avec la cavalerie puis sort avec la corne droite astillada. Moins actif sous la deuxième puya, il garde du gaz pour le deuxième tiers où il suit les peons jusqu’aux planches lors des deux paires( !) , le président décidant d’abrégé le tercio…Le nîmois montre de l’envie avec la muleta mais de tout évidence, il manque de contrat et reste loin de l’animal. Le cornu est occis à la deuxième tentative d’une delantera contraire. Salut.

Le quatrième Baltasar homonyme du précédent est le plus jeune du lot (01/06). Le cornu passe avec envie dans la cape, prend une première pique bien appuyée puis une deuxième sans mise en suerte où le piquero se montre plus clément. Uceda Leal sert des muletazos sans convaincre le conclave. L’animal est couché après une première épée légèrement delantera et latérale. Silence.

Depuis qu’il a annoncé son départ pour la fin de cette temporada, Valverde n’est plus là. Les deux piques sont réalisées sans aucune mise en suerte. Le cornu renverse la cavalerie lors de la première rencontre puis se fait bien carioqué à la seconde. Clavillero part bien au premier cite mais part la suite le diestro ne pèse guère sur l’animal. Après 6 échecs, le « matador » ne réussit à tuer le Baltasar avec la rapière ! Sifflet.

Le dernier du lot, Santanero, est le plus lourd, 560 kg sur la balance. Miletto le conduit vers le centre par des passes de brega. L’astado pousse bien sous la longue première pique. A la deuxième rencontre, sa fougue s’est estompée. Il lui reste du gaz au tercio de banderilles, où il poursuit les deux peons jusqu’aux tablas. Le président écourte encore une fois le tercio à l’issue de la seconde paire… A la flanelle, le français réalise un peu de tout, du bon et du moins bon face au meilleur cornu de l’après-midi. Nous retiendrons une bonne série gauchère. Mort de l’animal à la troisième tentative avec une délantera contraire. La pétition est minoritaire mais le président accorde le seul pavillon de la tarde( !). Applaudissement pour le quadrupède.

Présidence : Marcel Garzelli Durée : 2 heures.

Retour