MONT DE MARSAN – Dimanche 27 août 2017
 
Novillada concours organisée par la peña LA MULETA de SAINT PERDON  pour Diego CARRETERO (écarlate et or), Jorge ISIEGAS (blanc et argent) et Tibo GARCIA (rouge basque à parements blancs et or). Nous avons vu par ordre d'entrée en piste : le Sinistre, l'Intéressant I, l'Intéressant II, l'Inutile, l'Illusionniste et le (relativement) Complet, lequel a illustré l'adage "En tierra de ciegos, ...". J'ajoute que ce commentaire lapidaire n'est en aucune façon une accusation ou une moquerie envers les organisateurs, toujours sérieux, mais un constat navrant et navré de l'état de la cabaña brava, du moins si l'échantillon vu aujourd'hui en est représentatif. A noter en positif le changement de cuadra avec l'arrivée d'Alain Bonijol.
 
1er : CUADRI (3 ans 5 mois) ; un negro profond, armé gacho et brocho, avec le piton droit escobillé, rematant au burladero et bien reçu. Il secoue sous une pique en place puis, remis en suerte à moyenne distance, il se montre tardo, démarre au pas et accélère pour la 2ème, basse, puis se fige aux banderilles, avant et après la pose. Le novillo serre à droite sur les doblones de Carretero , devient de suite tardo puis se réveille quelque peu, consentant à venir quand l'homme le cite à deux mètres. Dans ces conditions, fallait-il insister, alors que l'animal se décompose ? Entière verticale en avant, descabello et silence. 
 
2ème : ESCOLAR GIL (3 ans 10 mois) ; càrdeno armé playero, charge mufle au sol. Envoyé directement sous le cheval, il pousse de la gauche, pique en place ; remis en suerte à la raie (en concours !), il cogne prend une pique basse puis s'endort ; enfin, après une mise en suerte manquée, il suit l'homme pour se placer de nouveau à la raie, et ... rien. Salut de Morenito d'Arles pour deux paires, sans poursuite. L'animal pèse sur les doblones d'entame de faena, cherche les planches, serre à droite et oblige l'homme à reculer à gauche. Hurlements, le vent se lève, la muleta est maniée à bout de bras, le novillo devient distrait, et ça dure. Conclusion avec une épée qui glisse et une entière verticale contraire, silence, applaudissements à l'arrastre. Peut-être qu'avec une lidia un peu plus soignée, nous aurions vu un novillo ...
 
3ème : VALDELLAN (3 ans et demi) ; negro bragado meano un peu fermé d'armure. Il pousse le cheval jusqu'au centre, ou bien c'est Gabin Rehabi qui fait reculer sa monture pour donner l'illusion d'une poussée ; replacé au centre pour les deux rencontres suivantes, il se montre tardo puis se rapproche du cheval, une fois de lui-même, une autre fois "aidé" par un peon, venant au pas puis au galop et sortant de suite. Le picador, qui a piqué en place, sort sous une ovation. Attente des hommes au 2ème tiers. Younès ne double pas son opposant, un peu faible, et se fait accrocher sur le 1er pecho. Tantôt son novillo se retourne sur place, tantôt il sort distrait de la passe et cherche les planches, et il finit par s'éteindre, accablé sans doute par une bouillie de passes inachevées. Pinchazo, deux tiers de lame très en avant, longue agonie aux planches en se relevant par deux fois et applaudissements aux deux protagonistes.
 
4ème : VIRGEN MARIA (origine Juan Pedro DOMECQ, 3 ans 8 mois) ; colorado liston armé brochito, qui remate et sort avec la corne droite explosée. Mis en suerte trop loin, il secoue sous la 1ère pique puis, replacé plus près, il pousse vaguement à la 2ème. Banderilles moyennes avec poursuites irrégulières. Débutant sa faena par aidées hautes et constatant que le novillo, quoique noble, encense en permanence et accroche sa muleta, Carretero nous prend rapidement à témoin de son impuissance et a pitié de nous en abrégeant par pinchazo en avant et entière tombée. Silence
 
5ème : PEDRAZA DE YELTES (3 ans 4 mois) ; colorado haut, long, ensellé et affublé d'une armure blanche, étroite, fermée, pour tout dire d'une laideur rare. Il fonce sur le cheval pas encore en place pour un refilon puis pousse sous une pique en place mais carioquée ; pas arrêté, il prend la 2ème en secouant puis vient de loin et en accélérant pour une 3ème levée de suite, le tout mené avec une lidia affligeante. Poursuites peu convaincues aux banderilles. La faena débute avec un accrochage sur une passe changée au centre, se poursuit dans le marginal, ce qui fait qu'un animal au départ noble et mobile mais dont la tête n'est pas gardée dans le leurre, devient distrait. Isiegas réussit à donner à la fois dans le baroque, le superfiel et le pueblerino ; un point positif cependant : la musique masque ses hurlements. Trois pinchazos en avant, un autre bas et entière en avant. Avis et applaudissements partagés.  
6ème : PINCHA (origine Marqués de DOMECQ et LOS GUATELES, 3 ans 7 mois) ; après un bon temps d'attente sort un petit negro brochito, qui désarme de suite Garcia puis charge lentement, comme à regret. Et pourtant, il pousse -dans la mesure de ses moyens- sous trois piques correctes mais courtes, n'étant pas suffisamment mis en valeur par les mises en suerte. Poursuite des banderilleros au 2ème tiers. Après des doblones soignés, ce novillo montre une charge plutôt vive, tête basse, noble, mais pas idiote. Hélas, l'homme ne se croise qu'avec parcimonie et étouffe probablement son adversaire par ses cites de trop près. Conclusion pénible avec quatre pinchazos, quart de lame, deux mete y saca et entière en avant, le tout avec visite en règle du ruedo. Salut aux tiers et mouchoir bleu pour la dépouille de RASCATRIPAS.
 
Salut du mayoral suivi de celui des ganaderos
 
Présidence sérieuse de Pierre Noguès, assisté du Dr Vre Nicolas Mirabaud et de Sébastien Giraldez.