Echelle d'évaluation du travail d'un matador de toros
Par son comportement le public sanctionne ou récompense le matador jusqu'à l'attribution d'une oreille, incluse.
Après la mort du toro, le public manifeste ses appréciations par :
Manière dont le matador réagit :
Si le travail était noté sur 20 :
Bronca violente et prolongée .
0
Bronca .
0 à 1
Sifflets nourris, plus ou moins prolongés .
1 à 5
Sifflets mêlés d'applaudissements épars .
5 à 8
Silence .
8 à 10
Autant de sifflets que d'applaudissements = division d'opinion Le matador réagit comme il le sent.
?
A partir d'ici, le matador obtient une note supérieure à la moyenne, des différences d'appréciation peuvent intervenir et susciter des polémiques passionnées.
Applaudissements modérés mêlés de quelques sifflets épars Discret salut de l'intérieur du callejón.
10 à 10,5
Applaudissements brefs, pratiquement pas de sifflets Salut de l'intérieur du callejón.
10,5 à 11
Applaudissements relativement brefs, pas de sifflets Salut près des planches.
11 à 12
Applaudissements un peu plus entretenus Salut en s'avançant au tiers.
12 à 12,5
Applaudissements nourris Salut au centre et vuelta si encouragements.
12,5 à 13,5
Applaudissements nourris, mouchoirs blancs minoritaires Vuelta très probable.
13,5 à 14
Mouchoirs blancs majoritaires (appréciés à l'œil, pas à l'oreille !) Vuelta, une oreille en main.
14 à 17
A partir d'ici, le Président reste seul juge. Il peut, sans risque, se montrer laxiste et démagogue ou, au contraire, choisir d'assumer ses pleines responsabilités en sachant affronter une probable impopularité et parfois la bronca. Ajoutons qu'il peut se tromper de bonne foi, tout comme l'abritre qui siffle ou ne siflle pas un penalty.
Après la mort du toro, le Président exprime ses félicitations par :
Manière dont le matador réagit :
Si le travail était noté sur 20 :
Attribution de la deuxième oreille Vuelta, deux oreilles en main et sortie en triomphe si l'usage local l'autorise.
17 à 19
Attribution la deuxième oreille et de la queue (C'est exceptionnel, sauf dans les plazas espagnoles de 3ème catégorie) Vuelta, trophées en main et sortie en triomphe.
19 à 20
.......Quand on considère un escalafón additionnant sans distinction tous les trophées, ne pas perdre de vue que, sauf rares exceptions, ceux obtenus dans les arènes de première catégorie peuvent posséder un certain poids, alors que ceux attribués dans les arènes de deuxiémes catégories sont beaucoup plus légers et ceux généreusement distribués dans certaines arènes de troisième catégorie pratiquement inconsistants.