La place toriste de Boujan sur Libron a présenté un acte V (expression de l'organisateur) portugais avec le goût du risque qui va avec. En effet retenir des ganaderias dont les produits ne sont jamais sortis ou peu souvent en corrida à pied, rien que pour voir est une option qui doit intéresser l'aficionado. Et à voir il y a eu avec deux novilladas parfaitement présentées, plus près de corridas de première catégorie côté trapio et armures, les quelques accidents de cornes trouvant explication dans le comportement des novillos sur l'oeil sortant en trombe et rematant fortement aux planches.

Á souligner aussi l'effort fait côté palco avec une présidence Sud Ouest le samedi menée par Pascal Darquié et une présidence Sud Est le dimanche sous l'autorité de Laurent Burgoat.

Comme prévisible en pareil cas, la présentation du bétail a dissuadé nombre de prétendants, freiné les intentions des piétons présents et encouragé les picadors a trop ou mal piquer.

 

Samedi 29 juin 2019, la novillada expérimentale : 6 Antonio Silva 6 pour Alberto Pozo Ruiz – Cristian Perez – Francisco Montero -

Après quelques difficultés pour boucler le cartel, la novillada reportée à 19h30 pour cause de canicule démarrait par un hommage émouvant à Manolo Vanegas. Les 6 novillos superbement présentés ont adopté un même comportement à leur entrée sur la piste en bondissant et rematant aux planches. Malheureusement l'habit n'a pas fait le moine, leur tenue ayant changé après les piques où ils se sont employés (impact des deux cornes, de belles poussées et tête sous le ventre du cheval). Les discussions seront longues et toujours pas tranchées entre ceux qui ont vu un manque de caste, ceux qui au contraire ont jugé les novillos encastés et non toréés ; une certitude qui peut réconcilier les antagonistes, ils ont manqué de race au troisième tiers et ont marqué favorablement les esprits au premier.

Alberto POZO RUIZ, déjà vu à Carcassonne court les contrats depuis longtemps. Son premier adversaire accueilli de véroniques plus utilitaires qu'esthétiques va trois fois au cheval en poussant des deux cornes. Les banderilles sont posées en quatre passages. Jamais croisé, le torero laisse le novillo décider de ses initiatives, il charge quand il veut. L'entière est portée avec engagement après une hésitation que l'on peut comprendre. Mort lente.

Son second, légèrement bisco, sera la chique molle de la soirée. Il échappe et va au cheval qui entre dans l'arène. Mis en suerte par chicuelinas, il subira deux piques supplémentaires sans pousser. La faena conduite montera sur la tête, ne soulève pas les foules, jamais croisé et bétail tenu trop loin. Le final par adornos à genoux se conclue d'une demie épée.

Cristian PEREZ, le protégé de Denis Loré, ne confirme pas son envie vue à Istres en 2018, peut-être une conséquence de sa voltereta à Istres 2019...

Son premier va librement au cheval pour trois piques repositionnées en mettant la tête sous le cheval. Salut des banderilleros. Le novillo réduit sa charge mais se défend pied à pied contraignant le novillero à reculer bien qu'il se soit croisé correctement. Il sera tué d'une entière delentera après avis et un trop plein de descabellos.

Á son second, il servira la cape en reculant avant deux piques en poussant mollement d'une seule corne. La faena trop longue ne transmet pas. Entière delentera.

Francisco MONTERO est présenté comme maletilla s'étant fait remarquer à l'ancienne en capea devant des tontons de 600kilos. Il reçoit son premier d'une larga afarolada de rodillas et fait preuve de beaucoup d'envie. Le tiers de piques, très spectaculaire, vaudra le prix à Gabin Rehabi pour deux assauts mouvementés qui expliquent la position trasera des piques. L'envie de toréer l'emporte sur le novillo qui est contraint par un toreo varié mal conclu à la mort de trop de pinchazos avant une demie épée concluante. Le public lui demande une vuelta qu'il effectue en pleurs...

Son second est superbe et fortement applaudi à son entrée. Il ira au cheval par trois fois sortant seul aux deuxième et troisième piques portées dans le dos. Présentant une faiblesse à l'antérieur droit, il va en dodelinant de la tête et sans envie de se battre. 3 pinchazos, une entière et deux descabellos pour conclure. Un novillero à revoir en lui souhaitant de trouver un accompagnement permettant de révéler les qualités entraperçues.

Dimanche 30 juin 2019, la novillada clonée : 6 Veiga Teixeira 6 pour Abel ROBLES – Maxime SOLERA – Cristobal REYES -

Le titre vaut pour la présentation uniforme irréprochable et au comportement égal à eux mêmes des six exemplaires. Ils seront maltraités au premier tiers ce qui conduira à ne pas attribuer le prix de la meilleure pique.

Abel ROBLES, suivi par une forte communauté catalane, a montré du savoir faire malheureusement terni par les aciers.

Présent à la cape où il donne de la tête, il charge vivement de manière rectiligne pour trois piques posées dans le dos et carioquées les 1 et 2. Il accuse le coup puis se reprend sans toutefois suivre aux banderilles. Le novillero n'est pas dans le sitio et torée sur le passage pour des séries sur les deux cornes. Une épée entrée aux 2/3 conduira à une mort lente après avis et un descabello.

Belle entrée en piste de son second qui ira deux fois au cheval en poussant à la première pique, la seconde étant pompée. Salut de Marco Leal aux banderilles. Le taureau participatif, meilleur à droite, permet des séries un peu lointaines qui portent sur le public. La belle faena est mal conclue d'une demie épée après un avis.

Maxime SOLERA n'est pas apparu au mieux de sa forme et n'a pas été bien servi par ses picadors sifflés par le public.

Son premier se défend de la tête à la cape. Deux piques dans le dos et chute du novillo en sortie de la première. Sans charge, il ne s'engage ni aux banderilles ni dans la muleta. Mort en quatre gestes.

Son second sera le seul à sortir calmement montrant sa mansedumbre à la cape où il se livre à de violents coups de tête. Il va de façon désordonnée dans le peto et sort seul. Son comportement empêche de lier les passes ; ça touche et chiffonne beaucoup. Difficultés à l'épée.

Cristobal REYES, le protégé de Christian Lamoulie, s'est présenté avec de l'envie et sera le seul à poser les banderilles.

Il reçoit d'une larga afarolada de rodillas aux planches son premier novillo manso qui fera une vuelta de campana. Courte charge pour deux piques posée dans le dos, la première. Pose de quatre paires de banderilles par le maestro. Parado, le novillo ne permet pas de lier des séries.

Son second se précipite en piste et poursuit sa hargne dans la cape avant deux piques, la première pompée. Pose de quatre paires de banderilles par le maestro dont un quiebro. Il fera la démonstration de son envie et de son engagement sur les deux cornes avant que le taureau n'aille a menos. Il le tue d'un bajonazo trop en arrière après un avis nécessitant un descabello.