Fiche n° 12 – Assurances des taureaux

Les assurances des toros peuvent être prises à plusieurs stades :

- pour le transport : dès le chargement du toro dans le cajon du camion, sur la base d’un prix forfaitaire par toro ; cas d’application, un toro meurt ou se blesse définitivement pendant le voyage ;

- aux corrales : mêmes conditions que le transport, assurance sur la base d’une valeur par animal et du temps de séjour des animaux aux corrales ;

- jusqu’à la sortie en piste; à noter que le toro doit sortir en piste “en bon état physique”; s’il est changé, logiquement, il n’est pas remboursé ;

- à noter que la plupart des contrats d’assurance couvrent globalement depuis le chargement à la ganaderia jusqu’à la sortie du toro en piste ;

- jusqu’après les piques : idem ci-dessus. Souvent les Présidents veulent “”voir” le toro jusqu’aux piques pour pourvoir décider de son remplacement ou pas.

Remarque : À Céret, l’ADAC considère que le Président est souverain, et donc qu’il ne doit pas tenir compte du degré d’assurance pour changer un toro.

Autres assurances :

- l’Organisateur prend une police Responsabilité Civile ;

- une autre (optionnelle) pour garantir contre les préjudices d’ordre météorologique ;

- enfin, l’Organisateur doit faire appel à la Sécurité Civile départementale ou tout autre organisme de secours (Croix-Rouge départementale, etc…) pour intervention auprès de spectateurs incommodés auxquels il faut apporter les premiers soins voire les évacuer des gradins.