Fiche n° 13 – Arrastre

Le Règlement Taurin Municipal est totalement silencieux au  sujet de l 'arrastre, à peine indique-t-il, dans l'article 39, que  "Au moyen des mouchoirs qui lui seront fournis par l'organisateur, le Président [...]  fera intervenir la musique selon les coutumes de la plaza considérée, musique après l'arrastre ..." ou encore signale-t-il la présence de "muletiers" dans la descriptin du paseillo contenue à l'article 70.

Et pourtant il y aurait à dire ...

D'abord il convient de souligner que l'arrastre correspond au moment où le public manifeste son jugement sur les qualités et la prestation du toro :  applaudissements,  sifflets, ou encore silence indifférent doivent pouvoir s'exprimer et ne pas être couverts par une musique intervenant trop hâtivement. Lors de la concertation préalable, la présidence devra exiger de la musique qu'elle ne joue qu'une fois la dépouille du toro évacuée.

Quelles que fussent ses qualités, le toro mérite une sortie d'arène digne, et l'alguazil devra veiller à ce que le toro mort soit correctement attaché et tracté afin d'éviter, dans la mesure du possible que le museau ou les cornes ne creusent le sable.

Le palco sera, également, vigilant au comportement des portiers et de l'alguazil qui peuvent bloquer l'entrée de l'arrastre dans le ruedo (souvent de la responsabilité de l'empresa) et à celui des cuadrillas qui s'efforcent de retarder le départ de l'arrastre, l'une et l'autre manœuvre visant à prolonger au maximum la durée de la pétition d'oreilles. L'alguazil ordonnera le départ du train de mules dès que le président le lui aura signifié (convenir de ceci avant le début de la course).

Enfin une vuelta al ruedo sera exécutée dans la plus grande dignité, il s'agit d'honorer un toro de grande qualité : l'arrastre effectuera un tour sur la totalité du périmètre de l'arène , à un  rythme lent, les muletiers se tiendront découverts pendant tout son déroulement.