1 contribution / 0 nouveau(x)
FINALE......MENT

FINALE…….MENT

 

Voila, nous y sommes, finalement les bleus sont champions du monde et la corrida a eu lieu….

Contrairement a ce que j’ai pu lire çà et là, finalement les gradins étaient plutôt bien remplis, ce qui me rassure sur l’aficion céretane…car les choix de la vie sont ainsi....

Comme les choses sont toujours bien faites, ca n’est vraiment qu’au troisième toro que les choses s’animèrent…(les accros du foot purent suivre la fin du match) les deux premiers mansos a souhait et malgré le travail méritoire de Chacon, et la volonté limitée de Joselillo …on s’acheminait tranquillement vers une course dite intéressante…quand sortit le troisième toro de Fraile, Gomez del Pilar tenta tout ce que son expérience lui permettait et notamment il alla toréer dans les planches cote toril. Pour un aficionado convaincu, c’était la seule chose a faire, il la fit…avec vaillance et honnêteté bien loin des ‘ trucs’ de la veille, suivez mon regard. Il se fendit d’ailleurs d’une sapopina dont je me demande si l’on en vit un jour a Céret ? Et d’une porta Gayola puis de passes a genoux…il se fit balader par un toro manso, mais se mit en danger, cœur au bout de la muleta, et tuant droit devant…choc obligatoire, ce fut le frontal…

Puis sortit le quatrième un Hoplite, né, fait, et aimant la guerre. On pourra discuter longtemps le Tercio de pique, car si ce toro partait de loin, il resta dans le peto. Ce qui interpelle c’est qu’il n’y eut pas de batacazo. Certains auraient aime voir ce toro pousser sur plusieurs mètres…renverser la cavalerie...mais de tout cela, point? Comment analyser cela? plusieurs hypotheses possibles, force, caste, puissance, chevaux lourds, un peu de tout ca ???

Faut-il voir là, l’influence des chevaux légers de Bonijol ? Car si ce toro ne poussa pas il revient quatre fois, avec une certaine Alegria au fer. Et il fut fixé. On peut en discuter longtemps…bien sûr. Mais il est clair que ce toro se grandit sous la pique, mettant en danger le picador (s’il vous plait, plus de regaton, au mieux une pique de tienta, au pire un picotazo (Ce que demandait Chacon ?) Puis poursuivant les hommes aux planches au Tercio de banderille. Formidable machine a charger, il épuisa Octavio qui voyait revenir sans cesse cet adversaire, et qui ne put le mater ni sur la gauche, ni même sur la droite. C’est certainement la raison de son épée lancée au passage et qui n’avait pour but que de se débarrasser de l’animal qui l’étouffait totalement. Un grand toro, un quinteno, et je pense une erreur d’appréciation de la présidence, peut-être due aux cris (munissez vous de mouchoirs svp) une vuelta méritée pour Octavio Chacon l’un des meilleurs lidiador du marché, qui eut la décence de cacher l’oreille. Sortijero lui, fit un tour de piste mérité.

FINALE…MENT avec la novillada du matin, dure et passionnante nous avons passé une bonne journée taurine, ce pour quoi nous nous étions quand même déplacés…et en sus « champions du monde »…

CHF