Le 17 septembre 2016 à Madrid, lors de sa XVIIIe occurrence annuelle, le prestigieux prix Dr Zumel, créé en 1989 et sponsorisé depuis par l’entrepreneur, grand aficionado et grand mécène, David Sohet — qui l’a dénommé ainsi pour honorer la mémoire de ce Doctor Zumel (1907-1997), inoubliable à la fois pour sa science médicale et pour son complet dévouement à la Fieste — a été attribué à notre ami François Zumbiehl, l’anthropologue, écrivain et critique taurin, qui n’est plus à présenter ici.

Ce prix se qualifie de “Prix littéraire taurin récompensant un texte inédit, en espagnol, sur un thème imposé”. Cette année ce thème était : Antitaurinismo, situación actual y perspectivas de futuro (Antitaurisme, situation actuelle et perspectives futures).

Ce qu’a produit François Zumbiehl est réellement magistral et se doit d’être connu de tous ceux pour qui notre fiesta constitue un art de vivre à transmettre.

Nous donnons un lien, infra, vers un fichier PDF (30 pages) du texte de François Zumbiehl, à l’intention de ceux qui peuvent apprécier son limpide espagnol.

Pour montrer à tous, en attendant mieux, l’ampleur du panorama, à la fois historique et transversal, qu’il embrasse et de leur laisser entrevoir les rigueurs de ses diagnostics et les pertinences de ses propositions, nous nous sommes permis de traduire, ci-après, le sommaire de cette importante contribution à la défense de notre fiesta de toros.

 

Antitaurisme, situation actuelle et perspectives futures

 

En exergue : «…Ni habrá nadie que la abola".»

(N.D.L.R. : Il s'agit du dernier vers du célèbre quatrain de Ricardo de la Vega (1839-1910), librettiste qui s’illustra dans l’écriture de petites zarzuelas en un acte (género chico) :

"– una fiesta española

que viene de prole en prole–

y ni el Gobierno la abole

ni habrá nadie que la abola")

 

Sommaire

 

Préambule ou « Ceci vient de loin » ; l’antitaurisme « classique »
 

L’antitaurisme à l’ère de la mondialisation

1.    Bases sociologiques et anthropologiques du nouvel antitaurisme

2.    De l’animalisme à l’antitaurisme dans la pensée contemporaine

3.    La politique prend part à l’affaire

(Le complexe espagnol sur la corrida – La protection animale comme affirmation identitaire de certaines communautés – En Amérique Latine – L’échelle des mesures envisagées pour en finir avec les toros – Derrière chaque politique opposé à la fiesta se cache un membre du lobby des associations antitaurines)

4.    La nébuleuse des mouvements antitaurins

5.    Leurs voies et moyens d’action

(La langue de « l’Empire » antitaurin – Dénuder l’homme, revêtir la peau du toro – Interpeller les aficionados – La puissance de feu d’Internet et des réseaux sociaux – Techniques de boycott – Censure académique et talibanisme culturel – Objectif prioritaire : « protéger » les enfants et les jeunes)
 

Le futur

1.    La mobilisation

2.    La défense juridique et politique de la fiesta

3.    S’appuyer sur les directives de l’UNESCO

4.    Réactiver la transmission entre les générations

5.    Une évolution inéluctable vers plus d’authenticité

6.    Renforcer le lien entre la tauromachie classique et les festejos populaires

7.    Inciter les médias à sortir de leur antitaurisme passif
 

Conclusion – Menaces externes et internes

 

Accéder ici au texte de François Zumbiehl en PDF