1 contribution / 0 nouveau(x)
Fuera 2013

 

FUERA 2013

 

 

Hier, Bayonne, un ciel oscillant entre le gris et le bleu, 17 degrés de température.

Quelques clients se sont mis en terrasse...heureusement pour certain une chaufferette diffuse un surplus de chaleur...mais il fait doux.

 

La ville s'est remplie de touristes venus passer ici les dernières heures de 2013. Ils ont de drôles d'accents de toutes les régions du nord. A croire que les gens du sud ne viennent là que lorsqu'il fait beau...

 

On parque la voiture au marché couvert, et droit devant, on remonte vers l'église, à peine à 100m la boutique “Viandas de Salamanca“...

On jette un œil, les employés s'activent, qui, à la coupe pour confectionner des sandwichs, qui au service...et au fond, vêtu comme les autres employés d'une chemise orange, et d'un grand tablier noir, avec béret sur la tête..le maestro Julien Lescarret..il plie des cartons, nous accueille avec un immense sourire.

Il bosse, il faut bien, dit-il à trente ans à peine, si tu bosses pas à ce moment là de ta vie, c'est triste.

Je lui rétorque, en lui montrant les boites de carton, que c'est bien moins dangereux, à moins de se couper avec les cartons qu'il plie...moi ça m'arrive tout le temps...il rit.

Les toros te manquent Maestro?

Non, il répond que Non, il se dit passionné, il se dit heureux.

Les gens entrent, sourient n'osent pas lui parler, lui s'avance...toutes dents dehors, Julien c'est un gentil...certains prennent des photos, tous repartent avec quelque chose, Jamon, Morcilla, Lomito...

On parle des coquillas, de Dax, Vic, Mont de Marsan...il est occupé on le laisse tranquille.

Même moi, qui n'ai généralement pas la langue dans ma poche, je ne sais pas comment lui parler de ce Miura à Béziers, il y a trois ou quatre ans...comment celui-ci lui avait frôlé la carotide en lui sautant à la gorge, comment il était tombé en arrière, et comment la mort l'avait regardé au fond des yeux...

Un Parisien entre, comme me le dit ma belle: il vient à: “viondas de solomonco“ elle rit, tu vois pas que des anti-taurins viennent se servir ici, en croisant Julien...il y a peu, ils lui ont taggé sa vitrine..Julien comme un papillon va saluer le client, qui le regarde bizarrement...c'est donc ça un torero...(il ne sait pas que d'autres manient, le pinceau ou la truelle pour vivre..)..

Julien revient on compare les qualités de jambon, le Cinco Jotas de l'ami Soleil à Dax..

Nous repartons.

Demain on réveillonne, fin de cette année 2013, j'ai du faire comme tout un tas de types à travers la planète, j'ai vu arriver ce... deux-mill....13 avec circonspection...et comme je suis de mauvaise foi, tous mes amis vous le diraient (mais sur certains sujets seulement...ne pas trop laisser l'avantage..) je rejette en vrac tout ce qui n'a pas été sur le mauvais chiffre.

Padilla, Escribano, Juli, Morante, Joselito Adame, tous ceux blessés dans des moments importants de la saison vous le diront, ce treize, il faut l'éliminer du calendrier...

Alors Fuera 2013 et son cortège de malheurs ou de problèmes, en attendant de nous réjouir de 2014 je vous souhaite à tous un superbe réveillon, avec ou sans “Bellota“.

CHF