1 contribution / 0 nouveau(x)
GUARDIOLA FANTONI

GUARDIOLA FANTONI

-        

-       Tu m’aurais demandé je te l’aurais dit.

-       Mais dis quoi?

-       Ben que Guardiola Fantoni, ça n’est ni une écurie de course Italienne, ni un gardien de but, ni même une star du cinema.

-       Ben c’est quoi

-       Viens je vais te montrer, parceque après, là c’est terminé, tu devrais ne plus en revoir.

-       Comme les derniers Rhinocéros, les dernières baleines ou un truc dans le genre.

-       Voilà, un peu.

 

Deux heures après, comme une grande garbure qui aurait macérée toute la nuit, on sort de là trempés, groggys et heureux tout de même. Le paradoxe de l’aficion que m’avait résumé un copain alpiniste, un soir de paroi étoilée: “si je comprends bien, vous les tuez parce que vous les aimez, il n’y a que les fous amoureux qui font ça, non?

Que répondre, il avait raison.

Ce qu’il y a de bien, avec la pluie, c’est que tu peux lâcher une larme en toute discretion, personne n’y voit rien. Sauf ceux qui t’aiment beaucoup, parce que eux ils ont compris bien avant que ça t’arrive. Alors tu sens une main sur l’épaule ou dans le dos, et la personne au bout de cette main, sait bien que quoi qu’elle fasse ou dise, cette larme tombe pour ne pas lâcher un torrent qui serait derrière.

Les derniers coquillas sous la pluie, les derniers guardiola aussi.

Combien à venir, pour satisfaire encore les empoulés de frais qui vous expliquent doctement, la jambe pivotant sur l’arrière, d’un air arrogant, comment on torèe de nos jours.

Et ces organisateurs qui vous regardent comme si vous étiez les sous étrons des bas caniveaux et vous expliquent que eux sont des seigneurs quand toi tu n'es bon qu'à te coltiner ton paletot de simple aficionado

Et ces éleveurs qui du coin d’un oeil pas dupe, se laissent taper sur l’épaule pour qu’on installe le cajon et l’outillage qui va avec, lime, pince, rabot, et branche d’arbre pour redonner la couleur à la corne coupée.

Hubert Yonnet est mort, tous unanimes partout se sont levés ont applaudis, les mains liées dans le callejon pour ne pas dire la vérité.

Qui crachera sur sa tombe dans une ultime magouille?

La temporada va, cahin caha, et les emotions sont venues des fers de Rehuelga à St Martin de Crau, de Cebada Gago à Vic ou encore des Dolores Aguirre, des Escolar Gil à Céret, des Victorino Martin, et Miura à Mont de marsan qui ont sauvé le reste de la féria soyons justes et honnêtes, partout ou il y a eu du toro, le reste ce ne sont que des oreilles déjà oubliées.

Je serai à Dax, comme toujours, parce que mes amis, la fête etc… avec l’expo Antoñete, et toutes les stars qui feront rugir un public entier dont le seul plaisir sera de voir un million de passes Desgarbadesques tracées et répétées, je m'ennuirai et baillerai mais serai heureux, parce que ma famille mes amis, mon fils....

On nous a déja prévenus, les antis qui ont pris une trempe ici l'an passé, s'annoncent, puis les contestataires de je ne sais quoi, vous savez quoi? Ma famille, mes amis, mon fils et moi on les empapouète pour rester polis.

Là bas à Almaden de la plata, on va bientôt fermer les lourdes portes vers un autre avenir, plus de corridas et c'est aussi tout ça qui disparait.

On s’en fout, les pipaïres, fifres et tambourins continuent leur mélopée une sorte de marche funèbre, avec en tête de gondole des pharaons, rois et empereurs qui continuent d'enlever consciencieusement ce qui reste de bétail brave.

-       Guardiola ? Des toros tu dis ?

-       Et ceux-là n’étaient que des enfants..

CHF