1 contribution / 0 nouveau(x)
histoire de cape

JOSELITO

 

 

13 Août 2015

Arènes de Dax.

Joselito Adame s’avance, sort du couloir de la peur et de l’attente insupportable.

Il traverse la place au sable ocre lentement tête baissée.

Arrivé aux planches il s’incline, la main posée sur la montera.

Il salue la présidence, et d’un coup d’épaule se débarrasse de sa cape d’apparat, comme ça d’un geste.

Cette cape qu’il a mis tant de temps à plier, et replier, aidé par un de ses péons.

Pour passer le temps, faire glisser le sable qui l’emmène inexorablement vers la difficulté, il la triture, la serre, la plie, un rituel.

Maintenant il est arrivé à l’autre bord.

José s’adosse à la barrière, ils sont quelques uns à faire cela.

Il coince la cape de lidia, entre lui et les planches.

Remet soigneusement sa montera sur la tête, et la visse avec force.

Le valet d’épée se saisit de la cape d’apparat.

Elle est virginale, neige à parements dorés, et éclatée de fleurs pourpres.

La cape va de main en main, jusqu’à un Proche de Joselito.

Il connaît Martine, elle les a guidé je ne sais plus ou ? A Bayonne, à Mont de Marsan, Istres ?

Peut importe, Joselito maintenant nous reconnaît, et son équipe aussi.

Nous sommes en barrera, et ce jour là, j’ai invité mon ami Gaston Ramirez Cueva et Maru, mes amis mexicains à nos côtés, pour voir leur compatriote, qui fait une saison exceptionnelle.

 

La cape s’étale devant nous, nous pouvons en admirer tous les détails.

L’ami Dominique, jamais loin, et l’objectif en perpétuelle attention, pérennise cet instant.

Gaston et Maru sourient.

Nous sommes heureux que ce bout de tissu qui appartient à l’un des meilleurs toreros du monde soit étalé là, devant ses compatriotes.

Gaston se penche vers Martine et glisse avec humour, dans son parfait Français : “vous au moins, vous savez recevoir… “

On rit.

Une oreille plus loin, Joselito passe devant nous : “petit clin d’œil“.

La seule oreille de l’après-midi.

Le titre du lendemain, Joselito Adame sauve la première corrida des fêtes.

On se prend à rêver que nous lui avons peut-être porté chance.

Inoubliable.

 

CHF