Villes Taurines réveillez-vous, le marronnier prend racine !

L’Europe n’échappe pas aux débats politiques à l’occasion du vote de son budget annuel et c’est normal. C’est l’essence même d’un débat budgétaire de rappeler les orientations de chaque composante et de laisser cours aux stratégies de dernière minute et aux manœuvres de couloir.

Le 27 octobre, le Parlement Européen a adopté un amendement déposé par le groupe des Verts et l’Alliance Libre précisant que « les crédits d’aide à l’élevage ne peuvent être utilisés pour soutenir l’élevage de taureaux destinés à la tauromachie ». C’est un feuilleton entretenu depuis plusieurs années et qui tend à prendre de l’ampleur.

Au-delà de ce vote largement majoritaire et au-delà des arguments juridiques et politiques qui feront que l’amendement sera annulé par la Commission Européenne il faut mesurer l’importance de ce type d’initiatives visant à conduire à terme à la disparition de la corrida et des autres tauromachies.

Ainsi demeurera l’impact de la communication pour une décision que les opposants à la tauromachie ne manquent pas de mettre en avant et qu’ils présentent comme définitive.

Que faire ?

Laisser faire et constater que le vote abolitionniste a doublé en deux ans.

Agir ? Certes, mais comment ? A notre niveau nous pouvons alerter les responsables politiques de nos régions et en particulier les députés européens.

Est-ce suffisant ? Non bien sûr.

D’où l’importance d’organiser des pressions auprès des institutions décisionnelles françaises et européennes.

Le lobbying est un des axes du Plan de Développement de la Tauromachie en France élaboré par l’ONCT qui a été adopté par l’UVTF, il faut absolument le mettre en musique rapidement.

Mais un des écueils est d’en assurer le financement. Or en 2015, première année de démarrage du Plan, toutes les villes taurines et non des moindres qui l’ont pourtant voté à l’unanimité, n’ont pas initié les procédures permettant de lever la contribution du public et les prélèvements sur les contrats des professionnels et des éleveurs.

Les villes et les organisateurs défaillants sont fautifs même si on peut admettre qu’une phase de mise en place demande du temps.

Sur ce point essentiel, il nous appartient d’exiger la transparence ; l’état des lieux 2015 nourri de la liste des bons et des mauvais élèves devra nous être communiqué pour que nous puissions intervenir auprès des responsables des collectivités rétives.

En attendant notons que l’exposition itinérante, première action du Plan visant le grand public, qui évoque:

•        L’épopée de la tauromachie, des peintures pariétales à la corrida aujourd’hui

•        le Mythe du Taureau dans l’histoire, les religions, les arts et la culture.

sera officiellement présentée et inaugurée pendant la 31° Semaine Taurine et Culturelle de SAINT SEVER qui se déroulera du 4 au 11 novembre prochains.

C’est un début et une occasion pour les aficionados de juger du travail effectué, de mesurer le travail à venir et surtout de témoigner de notre Aficion Solidaire !