Edito juillet 2020 par D V

 

« Le découragement est un faux pas. La colère est une courte folie » nous enseigne Horace.

Une fois le confinement et la vague verte passés, il est temps d'entamer les travaux dirigés. Pour se refaire une cerise après la déroute des municipales, sauf à Toulouse, La République En Marche dépose une énième proposition de loi visant à interdire l'entrée des arènes aux mineurs de moins de 16 ans. Par ailleurs dans un élan profondément démagogique soutenu financièrement et avec la force de frappe de la communication mondialisée - notamment par Xavier Niel patron de Free Mobile et co-actionnaire du journal Le Monde qui déclare avoir découvert récemment l'enjeu de la cause animale - Hugo Clément, amuseur télévisuel, lance une demande de Référendum d'Initiative Partagée sur le bien être animal. Dans un projet racoleur il mêle toutes les causes propres à faire pleurer dans les chaumières et annonce fièrement « six mesures voulues par 80% des Français » dont celle que nous réprouvons à l'avance.

Une telle initiative relève de leur droit de citoyen toutefois n'est-ce pas le moment de s'interroger sur la position des politiques qui disent nous comprendre et nous défendre sans que l'on puisse en mesurer les effets au delà de discrets effets oratoires.

 

Aujourd'hui Jean Castex accède à l'éminente fonction de premier ministre en charge des fonctions définies ainsi par l'article 20 de la Constitution :

« Le Gouvernement détermine et conduit la politique de la nation. Il dispose de l'administration et de la force armée. Il est responsable devant le Parlement »...

Au delà des très lourds dossiers sociaux, économiques et financiers qui sont devant lui il lui appartient donc de gérer les deux sujets sus-évoqués.

Ses origines vicoises malgré son intérêt non encore démontré pour les tauromachies laissent à penser qu'elles sont un atout majeur dans le énième combat qui est devant nous.

En effet il est aisé de pronostiquer que tel RIP sera bien plus rassembleur que le RIP d'opposition à la privatisation des Aéroports De Paris qui a échoué sur les rives du néolibéralisme.

Nous pourrons donc juger de l'efficacité d'un premier ministre né à Vic Fezensac face à ces deux initiatives liberticides. Saura-t-il mesurer le poids des cultures locales et les protéger, se réfèrera-t-il au droit européen qui préserve les minorités culturelles ?

Ce n'est qu'à la fin de la foire que l'on compte les bouses, j'imagine qu'il en est de même dans son Gers taurin natal. Lui et les politiques doivent sortir du bois, nous attendons qu'ils mettent la jambe et vite !