« L'arbitre au Tescou »! 

 

     Cette ritournelle fort sympathique à l'adresse du titulaire du sifflet braillée depuis un siècle par les gradins de Sapiac 1 pourrait accompagner les controverses que déclenche trop souvent les présidences de corrida. Malaga en 2018, déjà Jerez et Madrid en ce début 2019, Bilbao constante depuis nombre d'années sont autant de manifestations de ce phénomène cause d'inflammations fulminantes. La contestation des décisions sent bon le rejet naturel de l'autorité, la partialité dénoncée du juge, son incompétence face aux certitudes du connaisseur infaillible. Il y a aussi l'abcès de fixation que constitue la sacro-sainte oreille du public qui serait de l'ordre du droit absolu alors que tel privilège est refusé par le droit positif à l'automobiliste qui revendique la priorité à droite. Il y a aussi la chimérique définition de ce que peut être une pétition majoritaire (mouchoirs blancs, vociférations et autres manifestations spontanées aussi sonores que fleuries), à chacun la sienne, à chacun sa propre appréciation. Les contestations parlent toujours de spoliation, de vol, a minima d'injustice, au détriment de celui qui se joue la vie sur le sable, jamais l'inverse ou si peu souvent.

     Les problèmes existent, il ne faut pas les nier et on en connaît les raisons : le mode de désignation des présidences ne garantit pas toujours leur indépendance, considérer l'accès à la tribune ne devrait pas être une prébende en échange de services rendus, une connaissance minimale du cadre réglementaire et technique devrait être exigée, un suivi assuré... Critiquer n'est pas critiquable quand la critique est porteuse de propositions, en effet casser le thermomètre n'a jamais fait baisser la fièvre. 

      L'Espagne qui a ouvert la fonction à la société civile a ressenti la nécessité d'accompagner cette mutation. Il est en effet indispensable que les présidents bénéficient d'un corpus partagé leur permettant de bien juger et de prendre des décisions fondées. Chez nous, ce corpus se construit par les échanges d'expérience organisés par le Corps des Présidents et Alguazils de Corridas, lieu de partage, de formation, de réflexion et force de proposition dans le cadre du Règlement Taurin Municipal Français décidé par l'Union des Villes Taurines de France. Le travail produit en quelques années seulement est remarquable : le document d'assistance aux présidences, les fiches de situations exceptionnelles, les fiches encastes et le très apprécié flyer « la présidence répond à vos questions » sont là pour en attester. Tous ces documents estampillés CPAC sont EN ACCES LIBRE sur le site de notre fédération et recommandés aux présidents, aspirants et à tous les aficionados. Osez la lecture, abusez-en, partagez, réagissez... Abus de bien ne nuit jamais !

      Très rapidement la nécessité est apparue d'engager des échanges avec notre homologue espagnol, la Asociacion Nacional de Presidentes de Plazas de Toros de España. Nos premiers résultats obtenus en commun seront très prochainement mis en ligne avec la parution du module de formation diplômant à destination des présidents en exercice, des aspirants mais aussi de tous les aficionados curieux d'étalonner leurs connaissances. Notre démarche vise à préparer au mieux les présidences à cette charge si délicate et indispensable qui ne bénéficie pas du cadre structuré dont dispose tout arbitre sportif. Il reste aussi à attendre une amélioration du RTMF pour aller dans le sens d'une reconnaissance et d'une meilleure gestion de cette fonction essentielle pour préserver les intérêts de tous et l'intégrité du taureau, surtout garantir un exercice éthique de la corrida.

Une pierre solide a été apportée à un édifice perfectible dont le chemin d'accès n'est pas que pavé de bonnes intentions... et, de toute façon, la foule des supporters continuera de crier « l'arbitre au Tescou », il n’y a donc pas lieu de désespérer.

1Sapiac, nom du quartier bas de la ville de Montauban où se situe le stade éponyme à quelques encablures de la rivière Tescou, affluent du Tarn... Autre bluette d'encouragement pour l'Union Sportive de Montauban : « allez Sapiac! »