1 contribution / 0 nouveau(x)
La belle nuit

 

Voilà, l'évènement est passé Emilio de Justo l'a fait, six Victorino d'affilée, comme on enfile des perles...

Bon, vu d'ou l'on se trouve, on est pas certains que la balance de pesage des arènes de Dax soit Juste...ni peut être celle de Las Tiesas...ou alors comme chez le boucher du temps de ma Grand-mère, quand celui-ci la regardait avec un grand sourire, lui dmandant:" je vous en mets un peu plus?" il gardait ostensiblement le pouce sur le plateau de la Roberval...Mamie elle se faiasait arnaquer avec un grand sourire elle aussi, finalement celà ne lui pesait pas tant que ça...

Bon alors là haut, au soleil il y a toujours des énergumènes facétieux...celui-là se mit a chanter au deuxième toro:"ici ici c'est Mont de Marsan", réaction immédiate, sifflets et chahut des dacquois....c'est vrai que ces deux premiers ne sont pas trés volumineux, mais dis, un victorino c'est gros maman??? Ben non mon petit les Victorino d'avant, ceux du temps du sorcier de Galapagar ils étaient justement pas trés gros, de plus ils avaient ce museau de souris long comme un jour sans pain ....ça discute dans le Landerneau.

En bas Emilio se débat, il a une énorme pression, tu sais celle du type qui dit je vais sauter à l'élastique aujourd'hui, et bien les sangles autour du corps, le vide devant soi, la hauteur de ce P.....de pont, et cet élastique qui parait si fragile, si fin...c'est solide ce truc tu crois? Alors il est honnête Emilio, mais voilà ses passes se limitent à la partir de la ceinture légèrement extérieur, il ne trouve pas la distance il piétine, il s'échauffe quoi....seul souci c'est qu'une fois les passes de pecho réalisées, les Victorino se retournent comme des crotales, cherchant à mordre les mollets...les tibias, et le reste de la jambe...du coup, Emilio trépigne, dis, tu crois que Caceres c'est en Flamenquie...? Et puis c'est un festival d'épées ratées, pourtant il a le soutien du public, mais au bout de trois épées que veux-tu faire toi? Prier la macarena peut-être..? Au Balcon, le président essaie de l'aider, une oreille contestée, Emilio la planque et fait une vuelta, il récupére...la suite? Une escopette tu crois? Mince, sort le troisième on sent la fatigue qui monte, il s'applique Emilio, mais c'est la même cuisine...Purée, le quatrième est un Victorino grand V, un de ceux qui te laissent des cauchemars...celui-là, tu l'oublis deux secondes, tu te retrouve recta avec des tubes pleins les bras, et un girophare bleu au dessus de la tête...un immense ouf de soulagement...enfin l'épée pénètre, et puis...le cinquième et le sixième, c'est équilibré, Emilio souffle de plus en plus souvent, il a blanchi il est rincé...c'est dur le un contre six, trés dur..alors dans un élan de générosité et pour finir sur une bonne note, Boum un récibir d'école, engagé, sincère, foudroyant...épaules, grande porte, on est content pour lui....

Victorino sera sifflé au moment ou Emilio demande de le joindre en piste..je pense que c'est à cause des poids non? Parce que sinon, les toros ont été bons dans l'ensemble..... les montois.... tu crois?

Allez on retrouve les copains chez Nicolas, on rigole on se raconte la course, des anecdotes taurines, on se marre on parle des putasseries taurines aussi, et de ceux qui les propagent..., là bas sur la grande scène les congas rythment la belle nuit.

CHF