Corrida d'Aignan. 25ème affiche de passion, très bon cartel au programme de cette journée.

 

3 toros des frères Gallon et 3 toros Camino de Santiago.

 

Tous avec des signes de faiblesse latente, gênante, en particulier pour le tercio de varas qui fut réduit à son maximum et très décourageant pour l'aficionado (que je suis, je pense...). Ensuite tous se révélèrent assez nobles et même très noble le 4ème.

 

Manuel Escribano a bien réceptionné de cape un premier Gallon sans force. Un picotazo et un autre quart de pique. Quite très serré d'Ivan Fandiño. Trois paires de banderilles de moyenne qualité. Faena simple sans forcer. Estocade de côté. Silence.

 

Iván Fandiño au 2ème, un Camino très peu armé ?

Réception de cape de bonne facture. Deux très légers picotazos. Quite d'Emilio de Justo avorté, le toro chutant. Faena bien composée sur les deux cornes. Une entière. Une oreille.

 

Emilio de Justo au 3ème, un Gallon faible. Réception par quatre véroniques d'un temple exquis et dense, parfait. Deux très légers picotazos.
Ensuite faena décousue mais sincère pour ce garçon.
À la mort, trois pinchazos dont un basculé et une entière. Silence respectueux.

 

Manuel Escribano au 4ème, un Camino bien présenté et bien reçu de cape. À la pique un très léger picotazo et une égratignure.
Quite de Fandiño très alluré.
Trois paires de banderilles posées par Manuel : La première moyenne, la deuxième bonne et un violín aux planches risqué, extra. Salut vibrant pour le garçon.
Faena débutée par cambios et passes hautes puis une reprise plus classique avec derechazos, naturelles très bien tirées ainsi que pechos libérateurs de bon goût à ce toro de très grande noblesse. Adornos et manoletinas de conclusion avant une entière d'effet rapide.
Deux oreilles et mouchoir bleu pour le toro ???? vox populi...

 

Iván Fandiño au 5ème, un Gallon bien présenté mais très faible. Réception de cape de manière courante par 3 véroniques et la demie.
À la pique ??? deux égratignures...
Faena sans forcer sur les de deux cornes. deux pinchazos, deux tiers de lame. Silence.

 

Emilio de Justo au 6ème,de Camino, bien fait de caisse et de cornes, courant et se fixant dans deux véroniques et demie.
Là aussi à la pique ????? deux égratignures.
À la muleta, le garçon fait les choses comme il sait et comme il peut. Parfois brouillon, donc limite correction et parfois extra comme ces quatre naturelles de face ou en face, très bien tirées, pieds rivés au sol.
Une entière en basculant cette fois, très bien portée, lui vaut 1 oreille non volée et méritée.

Donc course intéressante pour le public qui garnissait la plaza presque entièrement. Mais déception pour la faiblesse trop prononcée et manifeste pour les toros.

 

                                                                          Michel Jean