ORTHEZ Dimanche 23 juillet 2017

 

Corrida de VALDEVERDE

Origine : Conde de la Corte

Finca : Haute-Coste St MARTIN de CRAU ; ancienneté à Madrid : 20 avril 1947

 

Matadors: Octavio CHACON Thomas CAMPOS Manolo VANEGAS

 

Présidence technique:

Michel BOUISSEREN, assesseurs : Mathieu CAZALET, YANNICK DARRIETORT

 

Temps agréable, les nuages s’effacent pour faire place au soleil. L’arène est quasi pleine si l’on tient compte des spectateurs debout qui possèdent des places assises.

Orthez devient un passage obligé par son sérieux : présentation irréprochable du bétail, nom et âge des toros ainsi que le piquero, tracé du tercio de pique semblable à celui d’une corrida concours de ganaderias (Céret fait des émules).

La course alla « a mas » : 18 piques mais seuls, les 3ème et 4ème se sont employés. Bilan : 5 oreilles, sortie à « hombros » de CAMPOS, VANEGAS et du mayoral. Précisons enfin que le banderillo Roberto Marin Jarocho a salué au 4ème et que le 5ème VALVERDE (Guitarrero) a effectué une vuelta. Qui dit mieux ?

 

CHACON est en quelque sorte la révélation pour les aficionados du grand Sud-Ouest (Vic, Céret, Orthez). Excellent chef de lidia, il hérita du seul animal ayant la corne droite abîmée. Il gagna du terrain à la cape, ensuite le toro prit 3 piques sans pousser. Thomas Campos se chargea du quite. L’adversaire difficile ne lui permit pas de montrer toutes les facettes de son talent. Entière et silence.

Le torero de Cadix hérita du plus agressif, le 4ème, qui poussa à la pique et désarma le cavalier qui alla au sol et fut pris sans dommage. Le matador s’arrima lors de la faena des deux côtés de manière classique et de bon goût. Après deux avis il obtint un trophée mérité. Nous le reverrons avec plaisir car son courage et son classicisme sont très appréciés. Il laisse les gestes inutiles de côté et respecte la tauromachie que certains jugent surannée.

 

Thomas CAMPOS est aussi une révélation. Il surprit les plus sceptiques : ses gestes sûrs et son sens de la lidia pourraient faire penser qu’il s’agit d’un matador à la longue expérience. Ses naturelles sont esthétiques, il entre dans le terrain de l’animal en se croisant. Son épée à son 1er lui permit d’obtenir une oreille.

 

Le 5ème, « GUITARRERO » était un toro complet. CAMPOS sut s’adapter et ne recula jamais. L’animal fut récompensé d’une vuelta (peut-être un peu discutable vu le nombre de piques restreint) et Thomas coupa une oreille après une entière un peu de côté mais fort engagée.

 

Manolo VANEGAS n’est pas un inconnu. Sa réputation s’est construite durant les novillos de Dolorès Aguirre à Vic (sept 2016) et les ALCURRUCEN lors de son alternative à la dernière feria du Gers. Il s’agit d’un matador plein d’envie et déjà d’expérience. C’est avec ce type de torero que l’on remplit les arènes avec des toros de respect.

Son premier ne lui permit pas d’exprimer tout son talent (silence).

 

Il était raisonnable de penser qu’au 6ème cela serait différent étant donné les prestations de ses deux compagnons. Nos suppositions dépassèrent nos espérances. Deux « largas afaroladas » pour commencer et pourquoi pas la pose des banderilles (2ème paire excellente). La faena dans les cornes du VALVERDE  ne faisait pas de doute sue l’issue du combat. Après un épée entière l’animal mourut en brave, il lutta pour vaincre l’inéluctable. 2 oreilles après avis. Sortie à « hombros » avec le Mayoral et Thomas Campos.

 

Des prix ont été accordés : le geste taurin à CAMPOS ; meilleur piquero (le 4ème toro de Chacon) ; triomphateur VANEGAS.

 

Ce n’est pas la peine d’aller très loin pour voir une belle course, arrêtez-vous dans le Sud- Ouest, surtout lorsque les toros viennent de St Martin de Crau où les fauves attendent qu’on les choisisse. Peut-être l’herbe est-elle plus verte qu’ailleurs !

 

                                                                                                     André Régagnon