Comme tous les ans je fais de cette journée un passage obligé pour faire perdurer la tradition ancrée chez nos amis gimontois et Dieu sait combien ils se décarcassent pour en faire une réussite.

Un soleil radieux nous a accompagnés toute la journée. Le petit déjeuner œufs-ventrèche précédait une tienta de quatre vaches de Jean Louis Darré.

 

En 1, Eduardo DAVILA MIURA s'engage avec beaucoup de bonheur, la vache étant de très grande noblesse malgré un comportement moyen au cheval. Il a pu faire montre de sa grande maîtrise et de son élégance. Il est très appladi par le public venu plus nombreux qu'à l'accoutumée.

 

En 2, Marc SERRANO entre en piste. Amis de tous, il asu s'adapter avec maîtrise avec une bête qui était un peu plus compliquée bien que moyenne au cheval. Avec toreria il l'amène à se confier et termine sur d'excellentes séries ce qui lui vautdes appladissements nourris.

 

En 3 el ADOUREÑO entre en piste avec le bénfice de ses succès conquis en Espagne. Il s'accomode de l'animal peu vu au cheval avec élégance et de bons gestes. Il sera très encouragé.

 

En 4, el RAFA, un débutant, touche une vache qui lui donne du fil à retordre. Suivant les conseils donnés au micro par Marc Monnet il parvient à tirer des passes de bonne facture. Il sera applaudi et encouragé.

 

Á chaque vache, Jean Louis Darré, le ganadero, joue le jeu en donnant son ressenti. Ses explications sont de bons conseils pour apprendre à évaluer le bétail. La séance a aussi été enrichie des commentaires de Marc Monnet ; merci à eux deux.

 

Après le repas j'ai présidé le déroulement de la becerrada de 2 erales de Jean Louis Darré.

 

Le 1, pour Daniel de la FUENTE, bien faitsera reçu par de belles véroniques et demie, quite de Solalito par chicuelinas et revolera. Les banderilles limitées à deux paires sont partagées par les deux garçons sans briller. Le garçon entame bien sa faena puis construit un bon travail sur les deux mains montrant l'expérience déjà acquise. Estocade et Oreille.

 

Le 2 pour SOLALITO est reçu de bonne manière à la cape. Joli quite de de la Fuente par chicuelinas et demie. Là aussi deux paires de banderilles à charge des deux garçons. La faena commence bien mais va aller a menos. Solalito ne trouve pas le sitio et se fait déborder. Puis bien sûr ce qui devait arriver arrive avec un « tampon » dont il ressort le souffle coupé et sonné. La suite sera décousue. La très bonne estocade lui vaut une Oreille.

 

Tous les protagonistes de la journée ont été remerciés et récompensés. Merci à la montera gimontoise pour tous les efforts consentis our que cette journée soit agréable. Merci au public venu plus nombreux que d'habitude même s'il en manque encore. Comme d'habitude une vingtaine de braillards anti corrida se sont fait remarquer sans perturber la manifestation.

Photo La Dépêche