9 contributions / 0 nouveau(x)
Dernière contribution
La temporada a commencé, un indulto de novillo à Olivenza

Ce n'est étonnant qu'il y ait tant de toros au campo...avec les toros qui y reviennent !

indulto....

Le débat sur l'indulto est donc rouvert en Europe! Si Céret fait partie de l'Europe, cher JF Coste, ce dont personne ne peut raisonnablement et nationalement douter! au moins le risque n'existe t il que très peu de voir indulter un toro à Céret! Ni un Moreno de Silva ni un Escolar! Il y a des tabous qu'on ne saurait transgresser.

Mais  pour certaines camadas , très "courtes" comme en Amérique latine, et chez les meilleurs éléveurs( Piedras Negras, Los Encinos par exemple au Mexique, ou ailleurs en Colombie aussi, l'indulto peut non seulement récompenser la bravoure  d'un toro mais aider son éleveur à renforcer son troupeau en mettant aux vaches des  toros physiquement et moralement solides.

JFN 

Ne me parlez pas d'indulto.

Ne me parlez pas d'indulto.

Je suis, je l'avoue, extrémiste, résolument opposé à tout indulto public, quel qu'en puissent être les justifications.
Les ganaderos américains, longs ou courts, devraient apprendre à tienter les machos chez eux. Un vrai ganadero n'abandonnera jamais le choix de ses sementales à des publics panurgiens et bêlants !

J'ai vu trois indultos au cours de ces dix dernières années. Ils m'ont beaucoup attristé. Celui du 20 juillet à Mont de Marsan a gâché mon plaisir en défigurant une course qui, sans cela, eût été belle.

Une corrida sans la mort n'est plus une corrida ! C'est un spectacle approchant du "Ferdinand" de Walt Dysney sans la joliesse du dessin animé. Ne confondons pas les genres.

À la rigueur, indulltez, pour les confier à des SPA, les pauvres mauvais taureaux débiles ou, à plus forte raison, infirmes, mais respectez les véritables, les costauds, les braves.

S'ils sont dignes de la suerte suprême, ne les en privons surtout pas !

indulto

Pourtant l'indulto, lorsque il reste exceptionnel devient une pièce du rite et un atout majeur pour l'éleveur....sauf que là aussi le mystère taurin existe...un toro fantastique n'aura peut -être pas la descendance escomptée...? Pour Mont de marsan, qui de mon avis a été la meilleure des quatre lidiées en France, Vic, Céret, Le Moun et Dax, je suis interloqué quand je vois Jazmin le Fuente Ymbro indulté (même si il fut complet aux trois tiers) et que je vois la course d'Escolar, plus complète dans tous les sens....l'indulto peut être une blague, un acte de foi réèlle, et une fumisterie complète (Desgarbado à Dax par exemple..) il n'empêche qu'à lire les lignes ci-dessous d'un article de la dépêche, on se prend à hésiter devant la sagesse du vieux ganadero...

Dans quelques jours, le dimanche de Pâques, six taureaux d'Hubert Yonnet seront combattus dans les arènes d'Aignan. Ils sont tous fils de «Pescaluno», un extraordinaire novillo, qui a été gracié dans les arènes de Lunel le 21 juillet 2002.

 

Depuis, d'autres de ses descendants ont connu de multiples succès. Le palco de Lunel qui a «sauvé» «Pescaluno» a-t-il cédé à une mode qui fait que chaque arène court après son «indulto» ? Hubert Yonnet ne veut pas le croire, mais il regrette amèrement que, vingt ans auparavant, cet acte de grâce n'appartenait pas encore à la culture des aficionados. En août 1981 dans les arènes de Saint-Sever, le novillo «Montenegro» était honoré d'une vuelta. «Montenegro» était exceptionnel… Je n'ai jamais retrouvé un toro comme lui. Regardez, il y a trois photos de lui autour de nous… J'ai rarement vu sept piques, quatre chevaux renversés. A la septième il avait toujours autant de force… Mais à l'époque l'indulto n'existait pas… quelques personnes l'ont demandé, dont Henri Capdeville. Il n'y a pas eu d'échos…» (1)

Ce monstre de bravoure et de noblesse, Hubert Yonnet le regrette toujours. «Je crois que c'est le plus beau toro que j'ai eu». «Montenegro» n'aura pas eu de descendance. L'aficion y aura-t-elle perdu ? La réponse ne viendra jamais. Pour l'avenir d'une ganaderia, l'indulto est une excellente décision. Ne faudrait-il pas y associer l'éleveur s'il assiste à la course. Lui sait si ce sang peut apporter un renouveau, une fraîcheur à ses diverses lignées. Au contraire, l'indulto, qui cède à une mode et un certain triomphalisme, est à proscrire. L'équilibre est fragile entre les deux décisions. Dans le mundillo, si l'on est critique envers certains choix de grâce, on se réjouit de celui qui a sauvé «Pescaluno».

A la Bélugue, chez Hubert Yonnet, à l'entrée du territoire réservé aux vaches, une petite stèle rappelle qui fut «Pescaluno», ce novillo d'exception, définitivement parti pour la planète des toros au début de l'année 2011. Son souvenir planera, le 31 mars, au-dessus des arènes d'Aignan… avec un sentiment de regret vis-à-vis de «Montenegro».

Le mystère est aussi une grande partie de la tauromachie, alors c'est sûrement mieux ainsi et les tertulias enflammées sur l'indulto peuvent continuer.

(1) Extrait d'un entretien avec Hubert Yonnet le 23 janvier 2013.

Indulto de misère

Bien dit, M. Dhomps

Insulto

Voilà ce que produisent les gogos depuis les gradins, manipulés par  le mundillo affairiste  et  la presse pipole avides de fric facile: de petits monstres pleins de suffisance et d'orgueil, loin des réalités, trop tôt trop riches, et qui se foutent de la fiesta brava et de son devenir comme de leur première liquette, celui-ci en particulier est  le prototype de l'enfant trop gâté , je l'ai vu à Nimes tourner le dos à un gamin à peine plus jeune que lui qui lui tendait sa photo et un crayon: à peine né et déjà  prétentieux à l'excès...

Un phénomène, oui! Mais qui fait plus mal à la corrida que tous les antis réunis.

Comme disent les aficionados espagnols: avec des amis comme lui, on n'a pas besoin de se chercher des ennemis

Déception

Je suis déçu !

Après le dimanche triomphal de Samadet je suis allé à Vergèze persuadé d'assister à un indulto pour du bétail français. Toujours plus fort. Double déception et deux questions:

d'une une part l'indulto du dimanche a été accordé à Sopuerta en Espagne et l'indulto de Vergèze est tombé à l'eau, ça coule de source.

Ayant vu les taureaux d'Arles sous la pluie à Gimeaux je fonde de nombreux espoirs pour une, deux ou trois grâces dans l'amphithéâtre pour réchauffer l'atmosphère; il suffit de faire venir de San José del Valle et en urgence (je suggère de recourir à chronopost ou Dhl) une camade de Fuente Ymbro...

Mes questions:

Comment vont s'approvisionner les bouchers dans les semaines qui viennent si le bétail est épargné à ce rythme? (je connais cependant une entreprise chaurienne qui a peut être une solution)

Ne faut-il pas aider Ricardo Gallardo à étendre sa finca?

DV

 

INDULTO

Moi c'est bien simple, quand mon boucher me dit: “ je vous en mets plus????“

j'indulte en refusant....c'est toujours moins de boeuf mort, non?

ALES 2013 Mobilisation générale

Cette fin de semaine un ami nîmois me demandait ce que l'on pouvait faire pour aider les organisateurs de la féria d'Alès. La première réponse qui m'est venue spontanément à l'esprit a été: obtenir un "no hay biletes". C'est le moins que l'aficion puisse opposer aux antis mobilisés depuis déjà des semaines pour faire de la cité minière un exemple de mobilisation et de pression militante sur les politiques locaux un an avant les élections municipales dont le maintien de la corrida sera un enjeu. Personnellement je persiste et je signe: je serai sur les gradins des arènes du Temperas les 11 et 12 mai 2013.

Répondons du TAC au TAC au CRAC

Pour les non initiés TAC signifie TOROS ALES CEVENNES