1 contribution / 0 nouveau(x)
LA TOGE ET L'EPEE

CEDANT ARMA TOGAE

 

“Que les armes cèdent devant la toge“ Quand Cicéron écrivait ces lignes c’était pour faire sa propre apologie et expliquer que le pouvoir militaire (ou celui des armes) devait céder devant celui de la loi, il ne pouvait pas s’imaginer comme ce combat serait difficile au travers des siècles et l’éventail des liberticides aussi ouvert qu’il peut l’être aujourd’hui.

Des combats, il en existent mille et un, et chacun à sa propre vision de la société.

L’aficion, depuis que la corrida existe, a toujours été mise à mal par un certain nombre de personnages ou de personnalités, de rangs et de pouvoirs différents.

Elle s’en est toujours sortie, par l’abnégation, l’entêtement et le courage de ceux qui ne veulent pas qu’on leur impose un modèle de vie ou une vision uniforme et aseptisée de leur société et par là de leur vie.

Les attaques que subissent les aficionados sont graduellement de plus en plus agressives et violentes, et quelques individus, “meneurs de bande“ surfent sur une société “animaliste“ qui sous le couvert d’une moralisation aseptisée tend à vouloir prôner l’égalité de l’homme et de l’animal.

A dessein ces meneurs dressent des “troupes“ de plus en plus violentes pour venir dans l’agression “empêcher“ ce que eux dénoncent comme intolérable.

Leur modèle étant le seul qui vaille.

 

Cette radicalisation a dû pendant ces derniers mois être contenue par la force légitime de l’état, ce que nous déplorons par ailleurs, mais qui s’avère nécessaire puisque les actes de violence et de dégradation des biens publics ont augmentées partout, mais surtout dans les lieux les moins protégés ou les plus fragiles (Rodilhan, Rion Des Landes etc…) et ce, soutenus, indirectement, par une intelligentsia médiatiques (voir, écouter ou lire les charges anti aficionados des Caron, Henri Jean Servat, et autre claire O’Petit)

La violence répondant à la violence (il suffit de lire les blogs) les heurts devenaient quasi systématiques, prenant peu à peu une teneur dangereuse.

La légifération sur la corrida, devenue nécessaire, il est important de savoir que dans l’ombre, travaillent un certains nombres de légistes, du sommet de l’état jusqu’aux régions dans tous les pays taurins pour permettre à la loi de punir les contrevenants radicalisés, et conforter la légalité de la tauromachie.

Les rencontres du droit taurin, qui se tiennent à la CCI de Bayonne, du 4 au 7 Septembre, pendant la féria de l’Atlantique, regroupent des avocats de tous les pays taurins,  dont le but est de créer un laboratoire d’échanges et de proposition autour de la tauromachie.

 

Les thèmes abordés vont du statut de l’animal, à la responsabilité des personnes publiques, en passant par la bataille institutionnelle, thèmes passionnants, qui ont pour but de conforter la légitimité du droit de la tauromachie.

Les conférences payantes sont ouvertes à tous.

Gageons que ces rencontres, sixièmes du genre, ouvrent de nombreuses perspectives pour l’avenir de la défense de la tauromachie.

Les inscriptions sont toujours ouvertes

Rencontres internationales du droit taurin. Bayonne du 4 au 7 Septembre 2014-08-31

http://www.droit-taurin-bayonne2014.fr

 

CHF