1 contribution / 0 nouveau(x)
Las ventas et le vent..

Il est amusant de penser que si bon nombre d'aficionados ne comprennent pas la langue Ibère, ils pourraient penser un instant que Las Ventas pourrait se traduire par "La venteuse"....tant celui-ci est présent à Madrid et perturbe les corridas depuis le début du cycle.

Depuis quelques jours les corridas de la Mecque taurine sont perturbées par un vent quasi permanent, et qui emporte tout....de la belle coiffure de madame l'infante venue voir les toreros, à la mèche sauvage d'Enrique Ponce dont on dit que le type assis à côté de lui, était le roi D'Espagne, en passant par les papiers de la merveilleuse Christina Sanchez la plus positive des Espagnole car elle trouve tout merveilleux, quoi qu'il se passe en piste...et en atterissant sur les pauvres tissus qui servent de leurre lors des tercios .

Ce vent qui décoiffe mais surtout découvre les corps des toreros, les anciens, avant que la corrida moderne n'apparaisse, avec ses nouveaux codes: (medio toros, pourvu qu'ils embistent, qui ne collaborent pas, et sont mauvais (entendez ne servent pas au triomphe annoncé) les indultos donnés en dépit de tout bon sens, et la nouvelle punchline: Un toro peut avoir de la caste dans la muleta...) bref ce vent était considéré dans le temps comme la troisième corne du toro...

Et donc, on assiste comme hier à des faenas ou le leurre est la chose la plus compliquée à dompter..avant de s'occuper du toro. Bien sur, de Roca Rey, et son actuacion, de Aguado dont toutes les foules sont devenues dingues en quelques passes, de la bataille autour de la taromachie de Juan Leal..et de sa grave blessure...des trois corridas Escolar Hier, Victorino et Adolfo..des réflexions sur les gueulards du sept, tant critiqués par ailleurs et soutenus par d'autres, sur le Bombo sur des tas de choses, comme le changement curieux du toro d'Escobar le Roublard après deux passes de muleta au troisième tiers entamé...

Le chapeau de Mireille s'envola et Brassens le rattrapant se léchant la lippe entre Sète et Marseille, écrivit de jolies lignes....las, depuis le début de saison et les grandes férias, Valence, Séville, Madrid, on se rend compte que le dégagisme est aussi de rigueur et que les valeurs sures d'antan ne le sont plus, place aux jeunes...on sent bien que l'on est à un tournant et que les succès d'estime ne suffisent plus, ou à peine aux anciens, ansi hier Robleno fit un tour de piste, mais toute l'aficion avait des frissons pour Gomez del Pilar et le jeune Angel Sanchez, modèles de sang froid et de culot...viendra le métier...

Elodie Poux condamnée fait appel avec une cagnotte créée sur internet qui la soutient (1700 euros engrangés), mais les antis sont à la rame....la cuadra Bonijol ne sera pas de la fête à Vic ou on verra les chevaux de las ventas, et au vues des images, finies les danses en rond, il va falloir du toro puissant, et l'on pourra juger de la charge de la fixité du toro au péto le cheval ne se dérobant pas...et n'exerçant pas la double carioca que je dénonce en tournant sur lui-même enfermant le toro, et se couchant sur lui....comme le disait Miura l'ancien faites remonter le peto du cheval de 20 cm et vous allez comprendre vraiment la puissance des toros. Et je sais déjà que certains Pisse froid viendront me dire si un toro ne peut pousser et remuer le cheval, c'est ça que vous voulez voir....je répondrai que ce que je veux voir, c'est de la puissance, du danger, de l'énigme et un type apportant les solutions tout ce qui justifie que l'on enferme un animal vivant pour le combattre...

Enfin, Madrid voit s'éloigner politiquement les antis les élections ayant remis en tête les pros corridas...alors qu'en France la poussée écologique n'est peut-être pas la bonne nouvelle que l'on pense...taurinement s'entend...ceci étant dit, pendant que l'on relance des chasses aux loups devenus trop nombreux et dangereux, ainsi que l'un des Ours des Pyrénées, anormalement prédateur (sic) on joue avec le feu a trop vouloir dénaturer la nature ...

Allez que le vent tombe, ce weekend on annonce l'été, les férias Françaises arrivent Alès, Boujan, Vic, Le Moun et Dax, Parentis Bayonne et Céret et les autres, toutes les autres...

Un vent de renouveau se lève, c'est bien, certes, mais privilégions le minimum de canons, et comme le disait L'adage...les enfants voient toujours plus loin parce qu'ils sont assis sur les épaules de leurs parents....

CHF