Adressez, par courrier électronique, les textes des annonces que vous désirez passer ci-dessous au Webmaster. Cette possibilité est réservée aux seuls clubs fédérés. L'expéditeur est prié d'indiquer son identité, son numéro de téléphone, le nom et l'adresse de son club.

club taurin de Paris

Fondé en 1947 __________________________ Jean-Pierre HÉDOIN Président

http://clubtaurinparis.free.fr

                                                                                                                        Paris, le 13 mars 2011

Cher(e) ami(e),

La critique est aisée, dit-on, mais l’art est difficile. Voire… L’art du toreo est difficile, mais la critique taurine n’est pas si aisée. Elle répond à des exigences contradictoires : s’adresser à l’aficionado en étant compréhensible par tous ; rendre compte de ce qui s’est passé et avoir une valeur littéraire ; être objectif et adopter un point de vue personnel ; éduquer le public sans le heurter ; défendre une ligne sans s’enfermer dans le dogmatisme, etc. Mais ce qu’aucun critique, si anticonformiste soit-il, ne peut faire, c’est contredire l’histoire. Car la critique taurine est le reflet de l’histoire de la corrida, plus lointainement de l’histoire même de Espagne. Inversement, la critique a souvent pesé sur l’histoire de la tauromachie ou de l’élevage « brave ». Aujourd’hui, elle est à l’image des péripéties que traverse la corrida. Pour nous entretenir de cette histoire, de ces tendances, de ces contradictions, nul n’était mieux placé que

Juan Carlos Gil

ancien torero, professeur de journalisme à l’université de Séville, directeur de la chaire de tauromachie de cette université, et auteur de divers ouvrages, parmi lesquels Evolución histórica y cultural de la crónica taurina. De las primitivas reseñas a la crónica impresionista, Madrid, 2007, plus récemment d’un livre consacré à Antonio Diaz Cañabate et d’un autre à Ignacio Sánchez Mejías. Nous sommes heureux de pouvoir l’accueillir au Club pour une conférence en français sur

La critique taurine : évolution et tendances actuelles

Cette causerie sera précédée d’une présentation du livre La Fiesta de los toros. Un patrimonio compartido, par François Zumbiehl (organisateur du colloque de l’Union latine, Séville, 2010) et Juan Carlos Gil (éditeur des Actes), acte préliminaire à la demande de reconnaissance, par tous les pays taurins, de la corrida comme patrimoine immatériel.

Cette rencontre aura lieu

le jeudi 24 mars à partir de 20 heures

au sous-sol du Restaurant Loubnane

29, rue Galande, Paris 5ème. M° Saint-Michel

Participation par personne (incluant dîner avec vin à volonté) : Membres à jour de cotisation : 25 € ; jeunes de moins de 25 ans : 12 € ; hôtes de passage 36 €.

Réservation obligatoire (possible jusqu’à 24 heures à l’avance) de préférence par mail à clubtaurinparis@free.fr (ne pas oublier d’indiquer le nom et le nombre de personnes).     

Le Bureau