1 contribution / 0 nouveau(x)
le coucou de la république

LE COUCOU DE LA RÉPUBLIQUE

 

 

Il y a quelques jours, le CRAC soutenu et invité par Damiens Meslot, député, président de région, Maire de Belfort et ami intime de Nicolas Sarkozy tenait au sein de l’assemblée nationale une conférence de presse dont le sujet était d’éradiquer la corrida.

 

Il faut écouter attentivement les mensonges éhontés et les jérémiades ténues de monsieur Garrigues pour se rendre compte de sa capacité (il était accompagné de l’obscur scribouillard Roger Lahana alias Anna Galore) à enfariner le monde.

 

Au delà du discours convenu et de la lamentation permanente du CRAC (une journée de soutien au sieur Garrigues se tiendra le 13 Décembre à Paris) c’est cette conférence de presse et le lieu ou elle se tient qui est choquante.

 

Que le CRAC ait visé et travaille au corps les députés à longueur d’année (et de mensonge) pour obtenir un semblant d’abolition se tient, puisque notre pays est un état de droit.

 

Mais que celui-ci, qui enfreint à longueur d’année lesdites lois de la république, se pavane et obtienne un droit de parole au sein même de l’assemblée ou se votent les lois, et cela en présence de “journalistes“ me choque.

 

Certes en ces temps mouvementés, et troublés par le décès du jeune homme que l’on sait à Sivens, il est de bon ton de marcher sur des œufs.

Il faut des journalistes étrangers (pas n’importe lesquels, les Allemands) qui eux ne sont pas verts, que pour la politique pour poser les bonnes questions.

Que foutait ce jeune si bien sous tout rapport, avec une horde de surexcités ultraviolents, à jeter bombes, boulons et jets d’acide sur les forces de l’ordre ?

Pourquoi avoir sali, tagué, et cassé des vitrines et des statues, un monument aux morts, et des biens privés, et pourquoi se poser en défenseur d’une cause que les gens du pays ont eux discutée, travaillée et votée par leurs élus, seuls légitimés à le faire. ?

 

La honteuse récupération des verts au parlement, et de certains autres (le CRAC a publié une lettre intitulée « sic » mourir pour des idées….

Oui mais de mort lente disait Brassens.

 

C’est raté, le martyr n’est pas celui de la cause taurine, et il faut se souvenir du cirque mené par Garrigues à Rion des Landes devant des télévisions et médias par trop conciliants pleurant sur le barbu qui tombé d’un camion alors qu’il voulait lâcher en toute inconscience des animaux sauvages dans les rues avec les conséquences que l’on peut imaginer…il annonça son coma (dont le pileux sortit le soir même, chez nous dans le sud ouest on appelle ça un malaise…bref.

 

Garrigues parle bien, il endort, endoctrine et enfarine un certain nombre de personnes naïves ou pas, son discours est propre, instruit, contrairement à l’image de l’agité que l’on voit mégaphone et insulte à la bouche.

 

Il doit séduire en ces temps de pseudo révolution par des types qui viennent exporter leurs fantasmes sur les terres voisines. Il creuse le fossé de tous ces gens qui vivent leur vie tranquillement, en les stigmatisant, et en essayant de les culpabiliser.

 

Il provoque et pleurniche à chaque retour de bâton, mais il est invité à l’assemblée.

 

A vomir quand on sait les insultes, les actes commis par ses sous fifres, les actes de violence et d’insoumission à la loi.

Les peines qui le touchent jugé, et reconnu coupable.

Factieux et fiers de l’être en TEE SHIRT noir, mais en veste de blazer, au milieu des ors de la République pour susurrer ces idées.

Et il saisit La garde des sceaux, madame Taubira, et tout le monde écoute, surfant sur la mouvance verte de la bien pensance, et de l’animalisme exacerbé.

 

C’est un fait il ne désarmera plus, et nous aurons à faire face à cette haine viscérale, les injures et plus, jusqu’à ce qu’un jour l’un ou l’autre ne tombe, faisant une affaire d’état de la pensée “nouvel OMO“ Qui lave plus blanc que blanc…

Ou alors par capillarité il occupera la place que lui ouvriront quelques types du genre de ce député qui de Belfort, à Nîmes, Mont de Marsan, Vic ou ailleurs insultera par ses invitations une population qui ne pourra pas se défendre, elle.

 En distillant ainsi, dans la tête de gens dont l’intelligence n’égale que le non courage, un choix de vie, qu’il souhaite imposer aux autres, si ça n’est par la force, par le vote

 

Pendant ce temps, nous vivons nos vies sans nous préoccuper vraiment de tout cela, laissant le terrain libre, et sans défense.

 

C’est ainsi que fait le coucou attendant que les autres soient partis pour s’installer dans leur nid, casser leurs œufs et investir les lieux.

 

CHF